Actualités
|
Publié le 17 Mars 2021

Actu - B’nai B’rith France : Étude sur le traitement du conflit israélo-arabe dans les manuels d’Histoire

Le Bnaï Brith France vient de publier une étude réalisée par la Commission nationale Israël, présidée par Véronique Hauptschein, sur le thème des « Représentations du conflit israélo-arabe dans les manuels d’Histoire de classe Terminale ».

Le B’nai B’rith France, très préoccupé par la montée de l’antisémitisme en France et par son nouveau visage, l’antisionisme, a souhaité réaliser une étude sur les nouveaux manuels scolaires de la classe de terminale d’histoire et de géopolitique correspondant à la réforme 2020/2021. Pour de jeunes adultes, futurs citoyens, et pour une société apaisée, cet enseignement est essentiel.

Pour le président du B’nai B’rith France Philippe Meyer, « Cette étude s’inscrit pleinement dans l’action menée par le BBF de lutter contre le regain d’antisémitisme en France et sa forme maquillée, l’antisionisme qui se nourrit du conflit israélo-palestinien et se propage dans les lieux de savoir et de culture. Les manuels scolaires sont considérés comme des outils fiables d’information pour comprendre le monde et former les citoyens de demain. Il était donc important d’analyser de façon claire et objective comment ce conflit si important dans notre histoire contemporaine et aux larges ramifications y est représenté ».

Pendant plus d’un an, avec l’aide d’enseignants et les conseils des géopoliticiens Denis Charbit et Frédéric Encel, les membres de la Commission ont analysé les textes, évalué la pertinence des documents, la pondération ou la partialité, dans le but d’évaluer l’équilibre et l’objectivité des contenus.

Il ressort de l’étude une application particulière de certains manuels afin d’outiller intellectuellement les élèves, de leur donner des clés de compréhension de cette situation pour le moins complexe et de les amener à penser par eux-mêmes. Les différents points de vue d’un même fait, ou des documents exprimant des perspectives éloignées contribuent à cette réflexion.

Toutefois dans certains manuels, il est à regretter une approche parfois manichéenne, voire partisane des faits. Ces remarques portent sur des omissions, sur le contenu du cours, le choix des documents peu équilibrés, et qui pour certains ne sont pas de nature à figurer dans un manuel d’histoire destiné à des élèves lycéens.

Cette étude s’adresse à tous les acteurs de l’enseignement et de la diffusion du savoir, et plus généralement à tous les citoyens engagés dans une réflexion sur la construction harmonieuse de notre société de demain.

 

Philippe Meyer, Président du Bnaï Brith France

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.