Bruno Halioua

Président de la Commission Souvenir du Crif

Blog du Crif - La mémoire des enfants du Ghetto de Varsovie (2)

16 Avril 2021 | 144 vue(s)
Catégorie(s) :

Le 19 avril, comme chaque année nous commémorons l’anniversaire du soulèvement du Ghetto de Varsovie. C’est l’occasion d’honorer la mémoire des hommes, des femmes et des enfants qui ont été exterminés. Dans ces chroniques avons voulu rappeler le souvenir des 100 000 enfants du Ghetto de Varsovie qui ont été tué à travers ces photographies emblématiques.

 

L’enfant Szmugler du Ghetto de Varsovie

Mon image

Crédit photo (c) : United States Holocaust Memorial Museum. Provenance: Leopold Page Photographic Collection

 

Comment ne pas être ému en voyant cette photographie de ce petit szmugler en train de se faire fouiller par un soldat allemand ?

Le jeune garçon est fouillé avec brutalité sous le regard d’autres enfants en haillons qui comme lui assure le transfert de nourriture à l’intérieur du Ghetto. Il s’agit de jeunes livrés à eux-mêmes, dont certains ont quatre, cinq ans, qui  passent clandestinement en zone aryenne pour mendier de la nourriture. Surnommés Szmugler (contrebandiers) ou die Ratten (les rats) par les Nazis, ils passent par les canaux d’évacuation d’eau creusés dans le mur du ghetto dont il a été descellé une ou plusieurs briques.

Les  enfants szmugler risquent au mieux l'emprisonnement et le plus souvent la mort au pied du mur du ghetto. Certains soldats allemands ont fait un jeu de traque des enfants contrebandiers, se vantant chaque matin du nombre qu'ils avaient «mis en sac» la nuit précédente.

Le pianiste Wladyslaw Szpilman dont l’histoire sera mis à l’écran par Roman Polanski fait le terrible récit de l’assassinat par un policier allemand d’un szmugler au moment où celui-ci passe à travers le mur : « Sa silhouette décharnée était déjà en partie visible quand il s’était mis à crier. Au même instant, j’ai entendu les hurlements gutturaux d’un Allemand s’élever de l’autre côté du mur. Je me suis précipité pour l’aider à s’extraire du conduit au plus vite, mais malgré toutes nos tentatives il restait coincé par les hanches. Tandis que ses plaintes se faisaient toujours plus déchirantes, je l’ai tiré par les bras, de toutes mes forces. Derrière l’enceinte, le policier s’acharnait à la matraque sur lui, les coups résonnaient sourdement dans la canalisation. Quand je suis enfin parvenu à le sortir du piège, il a expiré sur-le-champ, la colonne vertébrale brisée ».

Qu’est devenu ce soldat allemand ? A-t-il été tué au combat ? Est t-il mort tranquillement dans son lit ? Nous ne le savons pas. En revanche, cet enfant a été exterminé à Treblinka comme pratiquement tous les enfants du Ghetto de Varsovie…

 

Bruno Halioua

Pour en savoir plus: Les 948 jours du ghetto de Varsovie. Bruno Halioua. Ed Liana Levi. 253 pages. mars 2018.

 

Le Crif vous propose aussi :