Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Yom Yerushalaïm

30 Mai 2022 | 71 vue(s)
Catégorie(s) :

Il y a 55 ans, retentissait la voix du Général Motta Gour, chef de l’unité parachutiste en charge de la bataille de Jérusalem.

Mètre par mètre, les soldats de Tsahal se sont avancés dans les rues sinueuses de la ville éternelle. À chaque carrefour, dans chaque rue, au niveau de chaque maison, ils essuyaient des tirs et risquaient l’embuscade. Mais, guidés consciemment ou inconsciemment, par une force surnaturelle, les soldats juifs avançaient vers le cœur du peuple juif, ils avançaient vers le centre de toutes nos prières, ils avançaient vers le Kotel !

Après une bataille douloureuse et risquée, quelle fut l’émotion d’entendre la voix vibrante de Motta Gour annoncer : « Har À Baït ba Yadenou ! » « Le mont du temple est entre nos mains »

Après des siècles d’exil et de séparation, Jérusalem retrouvait enfin son Peuple et ce Peuple orphelin retrouvait Sa Capitale Eternelle vers laquelle il n’a cessé de prier.

Ce 7 juin 1967, après des combats d’une rare violence, les parachutistes Israéliens libèrent la vieille ville de Jérusalem et arrivent enfin devant le mur du temple de Jérusalem. L’émotion est immense, tous les soldats épuisés et marqués par cette difficile bataille, pleurant leurs frères d’armes tombés, sont alors pris par le poids de la page d’Histoire qu’ils ont écrite.

Croyant ou non, chacun est conscient de ce moment de la Libération.

Jerusalem, la seule et unique capitale du peuple juif, a retrouvé ses enfants !

Il y a 55 ans, le cœur du peuple juif qui battait en silence dans notre corps pouvait enfin battre fort, libre et à l’unisson avec chaque membre de ce peuple éparpillé sur toute la planète et qui n’avait retrouvé sa Terre que 19 ans auparavant.

Jérusalem, la ville sainte dont pas un seul des envahisseurs ou occupants tout au long de son histoire n’avait fait sa capitale. Jerusalem que ni les ottomans, ni les Jordaniens, ni même les Britanniques n’avaient cherché à embellir et à faire briller.

Jerusalem pouvait enfin sécher ses larmes. 55 ans après sa réunification, Jerusalem est encore contesté par des instances internationales qui osent encore imaginer sa division.

55 ans après, certains veulent empêcher le peuple juif de fêter sa Capitale.

55 ans après, alors que la ville est ouverte et respecte tous les croyants, certains menacent et  organisent des attentats et des émeutes sauvages à chaque fois que le peuple juif, son drapeau à la main, se réunit pour fêter sa réunification.

55 ans après ce 7 juin 1967, il faut réaffirmer avec force que Jerusalem restera la ville tolérante et ouverte qu’elle est devenue mais qu’elle est et restera la ville éternelle et indivisible capitale d’Israël.

Il nous faut répéter sans cesse qu’Israel n’a pas besoin de l’autorisation, ni de l’accord des organisations internationales pour choisir Sa Capitale, pour l’embellir, la renforcer et la consolider.

55 ans après ce 7 juin 1967, nous pouvons être fiers de ce qu’elle est devenue et nous pouvons réaffirmer sans complexe qu’elle ne sera plus jamais divisée.

Longue Vie à Jérusalem !

 

Gil Taïeb