Actualités
|
Publié le 23 Novembre 2021

Crif - À la découverte des fouilles au pied du Mont du Temple

Après deux ans de pandémie, une délégation du Crif s'est rendue, au début du mois de novembre 2021, en Israël pour une semaine de rencontres et déplacements officiels. Au cours de ce voyage, la délégation du Crif a eu la chance de visiter les fouilles qui ont lieu du côté sud du Mont du Temple, en présence de deux guides.

Au pied même du Mont, un important palais a été mis à jour à la fin des années 1980. Les archéologues ne sont d’accord ni sur sa destination ni sur sa date de construction ; certains considèrent qu’il s’agit de la demeure du roi David, construite donc vers l’an 1000 avant J.C., alors que d’autres estiment qu’il date plutôt des années 900 avant J.C.et considèrent qu’il s’agit de la résidence d’un haut personnage du Royaume, bâtie éventuellement peu de temps après la séparation des royaumes d’Israël et de Juda. Le débat n’est pas clos …

Un peu plus loin, dans un ensemble de ruines, ont été découverts des sceaux de personnages cités dans le Tanakh et ayant vécu à l’époque du prophète Jérémie, donc au VIème siècle avant J.C. À cet endroit et à proximité, des ruines calcinées ont soulevé l’émotion des chercheurs dont certains ont fondu en larmes, car ces cendres sont indubitablement la preuve de l’incendie du premier Temple et de la ville par Nabuchodonosor II, roi de Babylone, destructeur de la ville et responsable de la déportation de nombreux Juifs à Babylone en 586 avant J.C.

Un peu plus loin encore, nous avons eu la chance de pouvoir visiter un secteur où les archéologues travaillent toujours et où les touristes ne peuvent encore se rendre : le chemin des pèlerins, emprunté par tous ceux qui se rendaient au Second Temple, sous le règne d’Hérode Antipas (1er siècle après J-C), petit-fils d’Hérode le Grand qui a agrandi considérablement le monument. Ces pèlerins allaient par cette voie déposer leurs offrandes pour les grandes fêtes de Pessah ou de Chavouot. La mise à jour de cette voie permet ainsi de faire resurgir quelque peu la vie qui entourait l’existence du monument le plus sacré du judaïsme. Pour l’anecdote, la sortie du lieu se fait actuellement par un long mini-tunnel étroit et bas de plafond qui transforme la fin de la visite en mini-parcours du combattant pour ceux qui ne sont pas rompus à ce genre d’exercice…Cela n’est rien par rapport à ce qu’on peut ressentir à la vue de ces ruines, témoins d’une vie juive qui couvre mille ans d’histoire.

Whats-App-Image-2021-11-23-at-12-18-00

Whats-App-Image-2021-11-23-at-12-18-00-1

Par Gérard Unger, Vice-président du Crif 

 

À lire aussi :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.