Actualités
|
Publié le 13 Octobre 2021

Crif - Le Crif et l'IST présentent les résultats de leur enquête "Le fait religieux au travail"

A l'occasion de leur colloque commun, le Crif et l'IST (Institut Supérieur du Travail) ont commandé un sondage auprès de Harris Interactive sur la réalité de l’expression du fait religieux au travail, du point de vue des salariés. Découvrez les 4 grands chiffres des résultats de cette enquête, publiée ce jeudi matin dans Le Point.

Le Crif et l’Institut Supérieur du Travail ont organisé un colloque sur "Le Fait religieux en entreprise" au Palais du Luxembourg, à Paris.

Ce colloque s’appuie notamment sur les résultats de ce sondage, commandé auprès d’Harris Interactive et publié dans Le Point.

 

En 2018, l’IST et le Crif s’étaient associés à Harris Interactive pour interroger les dirigeants d’entreprise et les représentants du personnel sur la façon dont ils percevaient les enjeux et la réalité de l’expression du fait religieux au travail. Cette année*, ils ont souhaité compléter et élargir ce point de vue au regard des salariés sur cette question, l’occasion de mesurer les points de convergence et de divergence entre ce regard et celui des dirigeants.

*Enquête réalisée par Harris Interactive, en ligne, du 27 septembre au 1er octobre 2021, auprès d’un échantillon de 1 107 salariés travaillant dans des entreprises privées de 100 salariés et plus ou dans le secteur public, issus d’un échantillon de 2 466 personnes représentatif de la population française âgée de 18 à 65 ans.

 

  • Les salariés français se montrent plutôt réticents aux formes d’expression religieuse au travail

De manière générale, la majorité des salariés interrogés se montre peu à l’aise avec l’expression du fait religieux au travail : près des deux tiers d’entre eux (64%) estiment qu’il s’agit d’un problème important pour eux.

La plupart d’entre eux (70%) se déclarent opposés à différentes formes d’aménagement liés à la pratique religieuse sur le lieu de travail, qu’ils soient formels ou informels.

Sondage-FRE-NL

Sondage-FRE-NL-3

 

Toutes les pratiques ne sont pas rejetées, dès lors que la religion reste strictement cantonnée à l’espace privé. En revanche, les comportements impliquant les relations avec les autres, et plus particulièrement le refus d’entrer en contact, sont très largement rejetés par les salariés. Ainsi, 80% estiment non-acceptable qu’un prestataire de service refuse le contact avec certains clients selon le sexe ou la religion de ces derniers, et 75% estiment non-acceptable qu’une personne ne serre pas la main d’une personne de l’autre sexe. 

Sondage-FRE-NL-1

 

  • Les salariés face à l’expression du fait religieux sur leur propre lieu de travail

Parmi les salariés interrogés, plus d’un tiers (35%) déclarent avoir déjà été confrontés à des faits religieux sur leur lieu de travail.

Sondage-FRE-NL-2

Trois types de faits religieux sont principalement relevés par les salariés : des signes religieux ostentatoires (32%), des demandes alimentaires en lien avec la pratique religieuse (29%) et des demandes de congés liés à une fête religieuse qui n’est pas un jour férié (27%).

 

  • Le fait religieux au travail : une situation qui a tendance à déranger, mais est généralement considérée comme bien gérée

On l’a vu, la majorité des salariés se disent gênés par l’irruption du religieux dans le monde de l’entreprise. Néanmoins, dans la plupart des cas, les salariés concernés estiment que la situation a été globalement bien gérée par leur entreprise / établissement (76%).

 

Le Crif et l’Institut Supérieur du Travail organisent un colloque sur « Le Fait religieux en entreprise » au Palais du Luxembourg, à Paris.

Ce colloque s’appuiera notamment sur les résultats de ce sondage, commandé auprès d’Harris Interactive et publié dans Le Point.

Le-fait-religieux-en-entreprise-2021

Intérressés ? Envoyez un mail à colloque@crif.org

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.