Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les combats d'un Imam de la République, par Hassen Chalgoumi

27 Avril 2021 | 132 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Actualité
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Religion
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

Pages

Les combats d'un Imam de la République, par Hassen Chalgoumi (*)

 

Hassen Chalgoumi, imam de Drancy et président de la Conférence des imams de France est, désormais, une figure incontournable de la vie religieuse, sociale et politique de notre pays.

Son nouveau livre a la forme d’une longue interview où il est interrogé sur les sujets les plus divers par l’historien Stéphane Encel.

Aucun thème n’est évité dans cet entretien remarquable et édifiant. À Philippe Val qui, dans sa préface, nous dit : « Hassen Chalgoumi est un révélateur » répond, comme en écho, Franz-Olivier Giesbert dans sa postface : « Où qu’apparaisse la haine, elle trouvera toujours des personnes comme Hassen Chalgoumi sur son chemin ». La haine, Chalgoumi en sait quelque chose, lui qui reçoit continuellement des menaces et qui vit, avec son épouse et ses enfants, sous une protection continue.

Né en Tunisie en 1972, Hassen Chalgoumi a rejoint la France en 1996. Cet homme, qui se réclame du soufisme, a été formé en Syrie et en Inde. Il prône sans relâche un islam d’ouverture, de tolérance et d’amour du prochain. Dès lors, il s’est rapproché de la communauté juive de France et a visité Israël à de nombreuses reprises, notamment en compagnie de jeunes Musulmans de France. Il a même engagé un dialogue avec des responsables de Tsahal, l’armée israélienne Le soufisme, dit-il, sépare la politique de la religion. C’est pourquoi il est fermement opposé à ce qu’on appelle l’islam politique. Un islam politique dont il reconnaît qu’il se repère toujours par l’importation du conflit israélo-palestinien. Son combat a pour objectif de passer d’un islam en France dont les lieux de cultes sont souvent subventionnés par des puissances étrangères, à un islam de France. « C’est cette vision humaniste qui doit primer pour lutter contre le cléricalisme ». Dès lors, tout est à revoir, à repenser : la formation des imams, la question de la viande « halal », le contrôle des fonds venant de l’étranger par le biais d’un commissaire aux comptes, l’attitude des convertis, le problème des aumôniers, les enterrements…

C’est un fait, le modèle d’intégration français semble en panne, le vivre-ensemble bat de l’aile.

Hassen Chalgoumi condamne fermement l’assassinat de Samuel Paty et le massacre de Charlie Hebdo.

Il pointe du doigt l’action de certains pays comme l’Iran, la Turquie, la Lybie  ou le Qatar. Un axe « qu’il est dangereux, voire criminel, d’ignorer ». « Pour résumer, tout ce qui est contraire aux lois de la République, qui ne prône pas le vivre-ensemble, le dialogue, la stabilité, il faut le combattre ; partout, sur tous les supports, par tous les moyens qu’offre la démocratie ».Néanmoins, il ne faut pas se tromper de cible et faire attention à la fausse image que peut renvoyer l’islam de nos jours.

Bref, « il faut revenir à l’esprit du 7 janvier, à « Je suis Charlie ». Cet élan républicain était porteur, dit Chalgoumi, des plus belles valeurs, de ce que la France peut fédérer de plus haut ».

Un livre fort d’un leader charismatique qui s’inscrit dans les valeurs de la République française. À découvrir !

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions du Cherche Midi. Avec la collaboration de Stéphane Encel. Préface de Philippe Val. Postface de Franz-Olivier Giesbert. 160 pages. 16,50 €.