Le CRIF en action
|
Publié le 5 Mars 2014

Discours de Roger Cukierman lors du 29e Diner du CRIF, mardi 4 mars 2014

Je salue la présence parmi nous de Michel ANTANGANA, ce français d’origine camerounaise qui vient d’être libéré grâce à la France après 18 ans d’internement au Cameroun.

Je veux aussi saluer la présence ici ce soir d’élèves du collège Georges Leven que j’invite à exprimer leur confiance dans l’avenir en faisant entendre la voix de la jeunesse.

Monsieur le Président de la République, vous nous faites l’honneur de présider notre dîner après nous avoir reçus chaleureusement à l’Elysée pour les 70 ans de notre institution.

 Vous avez fait la démonstration d’un intérêt sincère pour les préoccupations des Français juifs, ce qui nous touche et nous honore. Je pense notamment à vos discours lors de la cérémonie du Vel d’Hiv en juillet 2012, ou à l’inauguration du Mémorial de Drancy, et aussi  à votre voyage, salué par tous comme historique, en Israël.

J’aurais tant aimé vous dire sereinement ce soir: « cette année tout va bien ! »

J’aurais aimé évoquer le dicton « heureux comme un juif en France » qui illustrait la permanence d’une présence juive harmonieuse dans notre pays.

 Je dois malheureusement recourir à l’humour juif, souvent grinçant. Qu’est-ce qu’un antisémite ?  «  C’est quelqu’un qui déteste les Juifs plus que nécessaire. »

Oui, ce soir, je vais encore vous parler de l’antisémitisme. Car la bête immonde est, hélas, bien présente, aujourd’hui, en France.

J’ai été un enfant caché. Hitler et ses complices ont gazé et brûlé mes grands- parents, mes oncles, mes tantes, mes cousins. Alors, l’antisémitisme je connais ….

 

Dans la France de 2014 touchée par le chômage, en quête de repères, inquiète pour l’avenir, la crise économique entraîne une crise morale.

Je pense avec tristesse, avec  inquiétude, avec angoisse, aux ignobles slogans lancés par quelques milliers d’individus parmi les manifestants du dimanche 26 janvier à Paris. Ils hurlaient : « Juif dehors, la France n’est pas à toi » !

Slogans qui font fi de notre présence en France depuis 2.000 ans, qui font fi de notre citoyenneté française depuis 1791, qui font fi de l’immense contribution que nous avons apportée à la grandeur de la France dans tous les domaines de l’activité humaine et notamment l’art, la culture,  la science.

 Slogans qui font fi des Juifs morts pour la France dans tous les conflits pour lesquels la France s’est engagée.

Quand la colère défile dans les rues de Paris et qu’elle vire à l’insulte antisémite, j’ai peur  pour la France.

 La Garde des Sceaux, Madame Taubira, a été elle aussi une victime emblématique du racisme ambiant. Quand une Ministre de la République est ainsi trainée dans la boue, j’ai honte pour mon pays.

Monsieur le Président de la République, il y a dans notre pays un climat qui rappelle des périodes douloureuses.  Les juifs sont pris aujourd’hui en étau entre plusieurs menaces.

 

En premier lieu, il y a les violences physiques commises contre les Juifs, avec un paradoxe : ce sont bien souvent des jeunes, eux-mêmes victimes potentielles du racisme, qui sont les auteurs de ces violences.

A Paris, dans le métro, porter une kippa, c’est prendre le risque d’être agressé.

La gangrène antisémite a atteint certains préaux des écoles de la République où le mot juif est devenu une insulte.

 Certes, le nombre d’actes antisémites a baissé après la flambée incroyable de 2012 qui avait suivi l’affaire Merah. Mais, au-delà des statistiques, il y a une tendance de fond d’une violence croissante des actes commis,  et de montée de la haine de l’autre.

 

Dans les quartiers difficiles de nos villes et de nos banlieues, les assassins Youssouf Fofana et Mohamed Merah sont souvent considérés comme des héros. Les mensonges déversés sur le peuple juif et sur l’Etat d’Israël ne sont pas anodins :

Le très émouvant film d’Alexandre Arcady « 24 jours » nous rappelle, s’il en est besoin, que l’antisémitisme a conduit aux meurtres d’Ilan Halimi et des enfants Sandler Arié 3 ans, Gabriel 6 ans, et de Myriam Monsonego, 8 ans, sans oublier les adultes Jonathan Sandler, et les militaires de Montauban, Imad Ibn Zlaten, Abel Chennouf, et Mohamed Legouad. Je salue les familles ici présentes.  Le dernier chef d’œuvre de Claude LANZMANN (le dernier des Injustes) a aussi le mérite de nous rappeler à quoi peut mener l’antisémitisme.

 

Nous allons appeler le 19 mars, place du Trocadéro, à un grand rassemblement pour que chaque Français tire les leçons de ces assassinats dont ceux du 19 mars 2012. Ensemble ! D’une seule voix ! Il nous faut dire non au racisme et à l’antisémitisme.

 

A l’extrême droite, la progression spectaculaire du Front national dans l’opinion publique ne peut qu’inquiéter avec sa cohorte d’antisémites, de vichystes, et de négationnistes réfugiés derrière sa dirigeante, attentive à ne pas commettre d’impair.

 

A l’extrême gauche, l’antisionisme est le nouvel habit de l’antisémitisme. Car s’il n’y est pas convenable d’être antisémite, il est élégant de fustiger l’Etat d’Israël, et de s’en prendre parfois  à la légitimité même de son existence.

 Et que dire de cette manifestation contre l’homophobie, le racisme et l’antisémitisme à Toulouse il y a seulement quelques jours où des militants d’extrême gauche ont agressé  et expulsé la présidente du CRIF Midi Pyrénées en ces termes : «  Casse- toi, Crif  fasciste, CRIF sioniste ! ».

 

Autre menace particulièrement inquiétante. Certains courants radicaux de l’islam  poussent de jeunes musulmans français  à partir au combat du djihad en Syrie ou ailleurs. Qu’adviendra-t-il d’eux à leur retour ? Qu’adviendra-t-il alors de nous ?

 

Autre menace. Des passionnés de l’uniformité ne trouvent rien de plus urgent que de vouloir condamner des traditions millénaires : la circoncision et l’abattage rituel.

Non, je ne comprends pas ces parlementaires européens si sensibles à la douleur que les animaux éprouveraient lors de l’abattage rituel, mais si peu efficaces face aux massacres de centaines de milliers d’êtres humains en Syrie et dans les conflits entre Sunnites et Chiites, sans parler de l’élimination pure et simple des Chrétiens d’orient.

 

Autre menace. La diabolisation qui frappe l’Etat d’Israël en France. Les antisionistes dénient au seul peuple juif le droit d’avoir un état. Comment en est-on arrivé à ce que les appels au boycott en France ciblent un seul des 200 pays de l’ONU ? Je peux vous citer  50 pays dont les frontières sont contestées par leurs voisins en Afrique, au Moyen Orient, ou sur l’immense continent asiatique.

Qui songe à boycotter ces pays ? Personne. Pardon, si, il y a un pays et un seul que les bonnes consciences souhaitent boycotter : l’unique démocratie de sa région, où vit un pour mille de la population mondiale.

Israël est le Juif des nations.

L’Ambassadeur d’Israël, ici présent, que je salue, est le seul des ambassadeurs présents ici ce soir, à être l’objet d’un tel opprobre.

 

Concernant Israël, des positions extrémistes sont parfois  attribuées au CRIF. A tort. Permettez-moi de rappeler nos positions fondamentales :

Nous aimons et soutenons l’Etat d’Israël. Nous avons pour objectif que l’Etat d’Israël vive en paix aux côtés d’un Etat de Palestine. Nous sommes opposés à ce que l’Iran dispose de l’arme atomique. Nous souhaitons qu’Israël, où 20 % de la population pratique la langue française, soit enfin admis dans l’Organisation de la Francophonie financée par le contribuable français. Ce serait un geste juste.

 Quant à Jérusalem, comment expliquer que cette  capitale éternelle du peuple juif ne soit toujours  pas reconnue comme la capitale de l’Etat d’Israël ? De Gaulle s’était démarqué des autres pays en reconnaissant le premier la Chine. J’ose suggérer que la France de la même manière se démarque du reste du monde et reconnaisse Jérusalem comme la capitale d’Israël. Cela ne nuirait en rien à la paix tant espérée.

 

Un ancien humoriste a présenté il y a peu une liste antisioniste en France sponsorisée par Téhéran ! Il est devenu un activiste politique. Il cherche à faire prospérer ses affaires en utilisant la haine des Juifs. Il entend faire rire en exprimant ses regrets que les nazis n’aient pas fini leur travail d’extermination.

 Et à l’appui de son discours il promeut un salut nazi inversé.

Je veux saluer ici votre mobilisation, la mobilisation républicaine du Gouvernement et, tout particulièrement, celle du Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls,  contre ses agissements.

 

Une question doit nous interpeller : comment en est-on arrivé à ce que des dizaines de milliers de nos concitoyens se précipitent à des spectacles où le moteur de leur rire est la haine des Juifs ? A ce que des millions de nos concitoyens visionnent sur internet ses vidéos ?

Comment en est-on arrivé à l’invocation de la liberté d’expression pour défendre la liberté de haïr ? La liberté d’expression est un bien précieux. Elle ne peut pas être, elle  ne doit pas être la liberté d’appeler à la haine.

 

Notre pays dispose déjà des lois qui punissent les dérives racistes, antisémites et négationnistes. Il est essentiel que ces lois soient mieux expliquées, que leur application soit rigoureuse, que les victimes soient accompagnées et surtout que les condamnations soient exécutées.

Sur internet, se pose la question de l’extra-territorialité des géants de la communication et des réseaux sociaux. L’urgence d’une régulation internationale de ce fantastique outil  s’impose d’autant plus qu’internet véhicule aujourd’hui, en toute impunité ou presque, la promotion de la haine, du fanatisme et de l’endoctrinement.

Votre gouvernement doit parler d’une voix plus ferme sur ces sujets, sans oublier que c’est en France que se trouvent les internautes qui génèrent les recettes commerciales et publicitaires.

 Internet est un lieu où les lois contre le racisme et l‘antisémitisme ont du mal à s’appliquer.

Or cela est possible puisque les opérateurs d’internet sont capables de s’opposer à un autre cancer, celui de la pédophilie.

 

Le véritable enjeu, c’est l’éducation. Elle est l’antidote face au poison du racisme et de l’antisémitisme.

Il faut attaquer très tôt la propagation de la haine. On ne naît pas antisémite, on le devient,  par bêtise, par ignorance, ou par préjugé.

Une des grandes et belles missions de l’école, c’est de faire reculer ces fléaux. Mais il y a urgence ! Car les territoires perdus de la République  s’élargissent.

Monsieur le Président, ne peut-on introduire très tôt,  dès l’âge de six ou sept ans, l’enseignement du respect de l’autre, de l’acceptation des différences quelle que soit la couleur de la peau, la religion ou les origines ?

Ceux qui sont en charge de l’éducation ont une responsabilité immense. Ils doivent faire preuve de courage et d’audace dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, par exemple à travers des outils numériques et l’apprentissage d’Internet. Il faut  soutenir les enseignants qui sont empêchés d’exercer leur métier lorsqu’ils abordent des sujets tels que la Shoah, le Proche-Orient ou l’histoire des religions.

 

L’éducation est aussi l’affaire des parents, des médias, des autres acteurs de la société civile, dont les représentants des cultes.

 

Monsieur le Président de la République, l’antisémitisme n’est pas le problème des Juifs. L’antisémitisme est le problème de la France. Quand on attaque les Juifs, ce sont les libertés de tous qui sont en danger.

La France a déjà connu des périodes cruelles pour les Juifs. Mais ses valeurs profondes de justice et d’humanisme ont toujours fini par l’emporter.

Je n’oublie pas que plus des deux tiers des Juifs de France ont échappé aux nazis grâce à des gens modestes qui ont compris que l’honneur était de résister.

 Je n’oublie pas le discours courageux du Président Chirac le 16 juillet 1995 reconnaissant la responsabilité de la France dans le comportement de Vichy.

 Et je n’oublierai jamais les bonnes sœurs qui m’ont sauvé la vie au risque de la leur.

Monsieur le Président de la République, nous vous remercions, ainsi que l’ensemble du Gouvernement, de lutter avec fermeté contre les dérives de la haine antisémite.

 

Monsieur le Président, mobilisez la France contre ces fléaux du racisme et de l’antisémitisme ! Faites en une cause nationale !  Luttons contre cette corruption des esprits qui est dans l’air du temps.

 

Je le dis haut et fort à ceux qui veulent que nous quittions la France,  à ceux qui agressent nos enfants sur le chemin de l’école, à ceux qui tuent nos frères, à ceux qui nous promettent de finir le travail qu’Hitler n’a pu terminer. Je dis haut et fort à ces ennemis de la République, à ces antisémites menaçants, la haine des Juifs ça suffit !

 

Je suis Juif. Je ne porte pas seulement l’héritage de mes pères. Je suis responsable du devenir de mes enfants et de mes petits enfants dans ce pays symbole vivant des plus hautes valeurs humaines et morales.

Je ne veux pas qu’ils revivent les cauchemars de mon enfance, je ne veux rien laisser passer qui puisse changer la France que j’aime, celle où règne la justice, l’humanisme, le respect de l’autre !

 

Vive la République, vive la France !

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.