Le CRIF en action
|
Publié le 27 Mai 2015

Laurent Fabius Ministre des Affaires Etrangères a reçu une délégation du CRIF dirigée par Roger Cukierman

Antisémitisme, attachement des Juifs à l'Etat d'Israel, Le Crif a rappelé au Ministre l'inquiétude de la communauté juive de France.

Roger Cukierman a rappelé l’attachement des Juifs à l’Etat d’Israël ainsi que les déclarations du Président Hollande et du Premier Ministre Valls selon lesquelles l’antisémitisme se nourrit de la haine d’Israël et que rien ne doit être fait pour alimenter cette haine.

Or il se trouve que le climat d’amitié entre la France et Israël, qui avait atteint son sommet lors de la récente visite du Président Hollande en Israël et à Ramallah, a changé.

A la position équilibrée entre Israéliens et Palestiniens s’est substituée une attitude unilatérale. Les votes de la France à l’ONU comme à l’UNESCO sont systématiquement hostiles à Israël à la différence des votes des grandes démocraties occidentales.

Il est notoire que la diplomatie française prépare un projet de résolution sur le conflit israélo palestinien qui sera soumis au Conseil de Sécurité et sur lequel  des négociations sont menées avec l’Europe, l’Amérique et les puissances arabes, à l’exclusion d’Israël qui est pourtant particulièrement concerné.

Cette évolution est particulièrement inquiétante pour les Français juifs, et risque de contribuer gravement à l’alourdissement du climat dans lequel ils vivent. Le CRIF est depuis longtemps partisan d'une solution à deux états et rappelle qu’on ne peut pas imposer une solution qui ne résulterait pas de négociations entre les parties concernées. Et les bons offices de la France n’auraient de sens et d’efficacité que si la France revenait à l’équilibre amical qui existait et semble avoir disparu.

Au nom du vivre-ensemble en France, au nom de la paix au Proche-Orient, le CRIF souhaite que la diplomatie française retrouve les relations équilibrées et amicales qui lui ont permis, encore récemment, d’être entendue avec confiance par l’ensemble des acteurs de cette région.

Dans sa réponse le Ministre souligne notamment que dans la négociation si importante sur le nucléaire iranien la position très ferme de la France a démontré qu’en réalité la France était le meilleur ami d’Israël. Il insiste sur la nécessité de faire évoluer un statu quo particulièrement dangereux. Et il indique qu’il envisage de se rendre en Israël et dans la région dans les toutes prochaines semaines.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.