Le CRIF en action
|
Publié le 14 Janvier 2013

Richard Prasquier à la Convention nationale: «L’année 2012 a révélé une inquiétante tendance»

À télécharger en PDF sur la page de cet article, les albums-photos de la Convention nationale, signés Erez Lichtfeld et Alain Azria.

 

Le CRIF a tenu, dimanche 13 janvier 2013, à l’espace de conférences Cap 15 à Paris sa Convention nationale autour du thème de la lutte contre l’antisémitisme. En 2011, plus de 1200 personnes s’étaient réunies dans le cadre de cette convention pour réfléchir à l’avenir des Juifs de France. 

C’est ainsi que prospèrent en Europe des partis et des mouvements inédits, parfois explicitement racistes, parfois ultra-laïques (circoncision, abattage rituel) qui traduisent des glissements d’opinion

Mais aujourd’hui, au sortir d'une période particulièrement alarmante, marquée par l’assassinat d’enfants juifs à Toulouse, la menace proto-terroriste contre un supermarché Kacher à Sarcelles, l’augmentation des actes antisémites sur l’ensemble du territoire français, le CRIF a réuni 800 personnes pour réfléchir aux meilleures manières de combattre la menace antisémite et a rappelé que ce sont les mêmes menaces qui pèsent sur la République et sur les Juifs de France. Ont été notamment abordés les fondements idéologiques de l’antisémitisme aujourd’hui, les moyens de lutter contre la diffusion de la haine sur Internet, les programmes pédagogiques et actions pour lutter contre l’antisémitisme.

                                                                                         

Dans un communiqué, le CRIF a souligné qu’à travers cette plateforme privilégiée de rencontres entre la communauté juive organisée et la société civile, il a voulu "donner en cette occasion la parole aux personnalités publiques qui partagent ses préoccupations".

 

"L’idée qu’une résurgence antisémite puisse mettre en danger la présence juive en France m’aurait semblé saugrenue il y a peu", a confié Richard Prasquier, président du CRIF. "J’ai été de ceux qui ont protesté, et nous avions raison, lorsque (l’ancien Premier ministre israélien) Sharon a conseillé aux Juifs de s’installer en Israël en raison de l’antisémitisme en France. Le rejet de l’antisémitisme est profond dans notre pays chez ceux qui sont en situation de responsabilité quelle que soit la couleur politique du gouvernement. Mais l’année 2012 a révélé une inquiétante tendance, qui pour des causes disparates s’étend à une très grande partie de l’Europe, et qui mérite d’être affrontée sans faux-fuyants. Le diagnostic ne suffit pas au traitement, et nous devons lutter avant tout contre la tentation de baisser les bras".

 

"C’est ainsi que prospèrent en Europe des partis et des mouvements inédits, parfois explicitement racistes, parfois  ultra-laïques (circoncision, abattage rituel) qui traduisent des glissements d’opinion, avec libération de la parole antisémite, Internet aidant. Il y a du neuf dans l’antisémitisme, mais comme toujours, il rapièce avec du vieux", a-t-il ajouté.

 

Source : http://fr.ejpress.org/article/46896

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.