Editorial du président
|
Publié le 12 Janvier 2012

A propos d’un rapport insultant et mensonger sur la géopolitique de l’eau

 

 

Une commission d’enquête parlementaire a déposé en décembre 2011 devant la commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale un rapport sur la géopolitique de l’eau dans lequel il est écrit dans un encadré que la politique d’Israël est à cet égard révélatrice d’un « nouvel apartheid ».

Richard Prasquier

Jean Glavany, qui a plaidé hier à l’Assemblée Nationale pour un langage de « vérité » au sujet du quotient familial, a écrit dans son rapport sur la géopolitique de l’eau une contre-vérité insultante

 

Revenant d’Afrique du Sud, où j’ai pu vérifier ce qu’avait vraiment été une « politique d’apartheid », j’avais été scandalisé, lorsque j’en ai eu connaissance, par ces termes, d’autant plus que la commission d’enquête était constituée de députés de partis différents, majorité ou opposition, pour la plupart non connus pour leurs biais anti-israéliens.

 

Le président de la mission d’information était M. Lionnel Luca, UMP, et le rapporteur M. Jean Glavany, PS.

 

Au cours de la séance de la commission des Affaires étrangères où ce rapport a été discuté, M. Rudy Salles, qui n’avait pas fait partie de la commission d’information, avait vigoureusement protesté. Lorsqu’il fut prévenu de la teneur du texte, M. Claude Goasguen, Président du groupe d’amitié France Israël, a réagi avec force. Le CRIF a publié la correspondance.

 

M. Luca, président de la commission, vient de se désolidariser de ces mots d’apartheid. Nous espérons que les autres membres de cette commission feront de même. Il est en effet inconcevable que des accusations aussi violentes, aussi gratuites et aussi mal fondées soient portées vis-à-vis d’un pays dont aussi bien les partis de la majorité que ceux de l’opposition parlementaire répètent qu’il est un pays ami de la France.

 

Nous avons appris à cette occasion le fonctionnement (le dysfonctionnement ?) d’une commission d’enquête. Dans un texte qui porte plusieurs signatures, il apparait en effet que seul le rapporteur, M. Glavany en l’occurrence, est responsable de la formulation écrite définitive. Autrement dit, ce qui apparaît comme un avis donné par la représentation nationale ne représente que l’opinion d’un seul homme. En tant qu’ancien universitaire en médecine, je m’interroge sur la signification d’un article dont la plupart des coauteurs auraient été en désaccord avec les conclusions…..Passons….

 

En tout cas, M. Jean Glavany, qui a plaidé hier à l’Assemblée Nationale pour un langage de « vérité » au sujet du quotient familial, a écrit dans son rapport sur la géopolitique de l’eau une contre-vérité insultante.

 

Photo : © 2012 Erez Lichtfeld

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.