Lu dans la presse
|
Publié le 5 Février 2020

Allemagne/Antisémitisme - La justice refuse le retrait du bas-relief antisémite de l’Église de Luther

Un bas-relief "antisémite" de l’église où prêcha Luther fait polémique outre-Rhin. La justice vient de décider de ne pas faire retirer "l’œuvre".

Publié le 4 février dans Ouest-France

Un tribunal allemand s’est prononcé mardi 4 février 2020 en appel contre le retrait d’un bas-relief antisémite de l’église de Wittenberg où prêchait Luther, objet de controverse depuis des années.

À huit mètres de hauteur, ce bas-relief orne depuis le Moyen-Âge l’Église Sainte-Marie de cette ville, berceau du protestantisme.

Connu comme la truie des juifs, le bas-relief montre des personnages et des porcelets tétant le lait d’une truie pendant qu’un rabbin soulève la patte et la queue de l’animal pour scruter son anus. Le motif animalier métaphorique visait à provoquer l’aversion pour les juifs.

Le judensau sur l'église de Wittemberg date de 1305. | CCBY - WIKIMEDIA

 « Pas d’atteinte à l’honneur des juifs » 

Le tribunal de grande instance de Naumburg, à l’est du pays, a estimé mardi que le bas-relief ne portait pas atteinte à l’honneur des juifs car il était intégré dans un ensemble commémoratif, a expliqué son président Volker Buchloh.

Une plaque informative placée à proximité en 1988, au temps de la RDA communiste, indique sans équivoque que la communauté de l’Église se distancie du contenu du bas-relief, a-t-il ajouté. La Cour a ainsi confirmé le verdict prononcé par un autre tribunal du district de Dessau-Rosslau. Le plaignant, Michael Düllmann, est un membre de la communauté juive allemande.

Plusieurs dizaines d’édifices religieux, en Allemagne essentiellement, présentent une telle truie des Juifs en bas-relief ou en gargouilles comme la cathédrale de Cologne ou la Collégiale Saint-Martin de Colmar, en France.

L’antisémitisme de Luther est prouvé

Mais il dérange particulièrement à Wittenberg, d’autant plus que l’antisémitisme de Martin Luther a été abondamment documenté par les historiens. Il exhorta à l’époque à brûler les synagogues et rédigea le libelle Des Juifs et de leurs mensonges.

À l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme en 2017, des pétitions avaient circulé pour faire retirer l’œuvre calomnieuse ou pour qu’elle soit assortie d’un monument explicatif la replaçant dans son contexte historique. La plaque actuelle au pied de l’édifice était jugée insuffisante.

Le plaignant a encore la possibilité de faire un recours auprès de la Cour fédérale de Justice.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.