Lu dans la presse
|
Publié le 21 Juillet 2020

Europe - Fusillade à Halle: Le procès débute en Allemagne pour le suspect de l'attentat

Le procès commence mardi pour le suspect accusé d'avoir tué deux personnes lors de l'attaque contre la synagogue de Halle, l'année dernière en Allemagne.

Publié le 21 juillet dans BBC sous le titre Halle shooting: Trial begins for Germany synagogue attack suspect

Traduction proposée par le Crif 

C'était le jour le plus saint de l'année juive.

Le 9 octobre 2019, un chantre d'une synagogue de Halle dirigeait des fidèles dans la prière pour marquer Yom Kippour lorsqu'il a jeté un coup d'œil à un moniteur de vidéosurveillance et a vu un homme armé essayer de se frayer un chemin dans le bâtiment.

Tandis que les fonctionnaires introduisait la congrégation dans une pièce voisine, Christina Feist et d'autres fidèles se sont précipités pour sécuriser la synagogue.

"Je n'ai même pas compris ce qui se passait, je savais juste qu'il y avait un gars en tenue de combat complète - je ne savais pas s'il était déjà sur les lieux ou dans la rue. J'ai vu mon ami sauter et j'ai pensé : 'Tu n'es pas en train de mourir seule', alors j'ai sauté aussi et j'ai couru dehors avec lui et il a barricadé une porte, j'ai barricadé l'autre porte".

Le tireur a lancé des explosifs dans le complexe et a ouvert le feu sur la porte d'entrée de la synagogue. Récemment renforcée, elle a tenu bon et a probablement sauvé la vie de ceux qui étaient à l'intérieur.

Apparemment frustré par son échec, il a tourné son arme sur une femme de 40 ans qui passait devant et lui a infligé des blessures mortelles.

Après une autre tentative infructueuse pour entrer dans la synagogue, il est parti et s'est arrêté à quelques rues de là. Il a alors lancé un explosif sur un restaurant de kebab et a abattu un homme de 20 ans qui se trouvait à l'intérieur.

Le suspect

Les procureurs pensent que Stefan Balliet, 28 ans, était motivé par l'antisémitisme et la xénophobie et prévoyait de massacrer ceux qui se trouvaient à l'intérieur de la synagogue.

On pense qu'il a agi seul, s'auto-radicalisant sur Internet.

Peu de temps avant l'attaque, qu'il a diffusée en direct, il a mis en ligne des documents dans lesquels il appelait les lecteurs à tuer des juifs. Peu de temps après, il a avoué le crime lors d'une audition avec un juge d'instruction.

À l'époque, son avocat avait déclaré aux médias allemands: "Il serait absurde de le nier ... Dans sa vision du monde, il blâme les autres pour sa propre misère et c'est finalement ce qui a déclenché son action."

La réponse

L'attaque a horrifié l'Allemagne. Le lendemain, le président du pays, Frank-Walter Steinmeier, est venu rendre hommage dans un sanctuaire de fortune devant la porte de la synagogue, en disant: "Nous devons protéger la vie juive".

Ce pays, où les horreurs de la Shoah ont été perpétrées, a juré «plus jamais ça». Mais malgré les avertissements de la communauté juive, les crimes et les sentiments antisémites sont en augmentation.

Porte de la synagogue de Halle attaquée par un homme armé en octobre 2019

Légende : La porte de la synagogue est toujours endommagée par l'attaque. (C) GettyImages

Après Halle, le gouvernement a adopté une loi contre les discours de haine en ligne.

Il y a deux ans, il a également créé un nouveau poste : un commissaire pour la protection de la vie juive.

Felix Klein dit qu'il y a un certain nombre de raisons à la montée de l'antisémitisme : Le principal d'entre eux est le fait qu'Internet et les médias sociaux donnent un débouché et exacerbent ce qui était de la haine latente et de la discrimination.

Il vise à lutter contre le problème en renforçant les lois et en se concentrant sur l'éducation, mais admet qu'il y a un long chemin à parcourir.

"Nous avons un problème grave en Allemagne où, dans les cours d'école, le mot Juif "est très courant comme insulte", a-t-il déclaré. "Il y a de nombreux domaines auxquels nous devons nous attaque"r.

"L'essentiel est que les gens rencontrent des Juifs et voient que la vie juive fait partie intégrante de notre culture et que quiconque l'attaque, attaque notre propre culture allemande".

La communauté juive

La porte de la synagogue de Halle est toujours marquée et brisée par la tentative d'attaque. C'est un rappel des détails douloureux de cette journée.

La plupart des lieux de culte et d'enseignement juifs en Allemagne sont constamment surveillés par la police. La synagogue de Halle, même à Yom Kippour, n'avait pas une telle protection. Cela, pour beaucoup, a représenté un plus grand échec de la part des autorités allemandes.

Angela Merkel a rejoint la communauté juive pour une veillée de solidarité à Berlin

Le rabbin Yehuda Teichtal, qui représente la communauté juive de Berlin, a mis en garde pendant des années contre l'augmentation du niveau d'antisémitisme en Allemagne.

Il dit que, même si le gouvernement a fait des progrès, cela ne suffit pas.

"Les gens devraient avoir confiance, ils ne devraient pas avoir à s'inquiéter lorsque leurs enfants sortent seuls, simplement parce qu'ils ont une étoile de David sur une chaîne", a-t-il déclaré.

"Il doit y avoir une tolérance zéro pour l'antisémitisme. Pas seulement un tollé après une attaque antisémite, qui finit par s'éteindre."

Le procès

Stephan Balliet est accusé de deux chefs de meurtre et de 68 chefs de tentative de meurtre. Certains de ceux qui étaient à l'intérieur de la synagogue ce jour-là seront présents lors de son procès.

Christina Feist fait partie de ceux qui espèrent que le tribunal entendra son témoignage. Le procès porte sur la justice pour les personnes tuées et blessées dans l'attaque, mais, pour elle et pour beaucoup, c'est aussi une chance de souligner la menace posée par l'antisémitisme.

"Cela me donne une chance de parler de la situation dans son ensemble", a-t-elle déclaré. «Cela me donne aussi la chance de regarder le gars dans les yeux, si je peux gérer ça émotionnellement, de le regarder dans les yeux et de lui prouver, mais surtout à moi, 'Vous êtes celui qui a essayé de tuez-moi mais je suis toujours là. Vous avez échoué - et pas seulement que je vous affronte au tribunal. '"

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.