Lu dans la presse
|
Publié le 26 Juin 2019

Europe/Antisémitisme - Une rappeuse antisémite a déclaré qu'elle avait choisi le nom de scène "Anne Frank" en hommage

Quand le scandale a éclaté à propos de l’utilisation de son de scène, « Anne Frank », une rappeuse néerlandaise âgée de 25 ans l'a défendu comme étant en hommage à la victime de la Shoah. Il s’avère finalement qu’elle est antisémite.

Publié le 26 juin dans le Jewish Telegraph Agency sous le titre 

Traduction proposée par le Crif

"Ce n’est pas méchant", a déclaré la rappeuse, dont le vrai nom n’a pas encore été publié dans les médias néerlandais, au quotidien Het Parool dans une interview publiée mercredi, une semaine après la sortie de son premier single intitulé "Silence".

La chanson R-rated parle apparemment de sexe (voir des phrases telles que « Si tu viens à moi, viens nu»), mais elle contient également les lignes «Anne Frank est une chienne autoritaire» et «J'ai caché de la merde dans l'annexe secrète». La dernière fait référence aux drogues dures et à la cachette où la journaliste adolescente est restée pendant deux ans pendant la guerre avant que les nazis ne l'aient découverte et assassinée (le mot spécifique qu'elle utilise pour désigner l’« annexe secrète » - «achterhuis», est étroitement associé à l'histoire d'Anne Frank en Hollande).

Répondant aux critiques du musée de la Maison Anne Frank à Amsterdam concernant son utilisation du nom - le musée l'a qualifié d' "insensible" : elle a dit l'avoir choisie parce que c'était son surnom depuis l'école primaire.

«Je lisais ses livres en ce temps. Elle est une inspiration, un modèle pour vivre dans des situations insupportables. Je sais que nous ne vivons pas en temps de guerre, mais le monde n’est pas non plus pacifique », a-t-elle déclaré.

Het Parool a qualifié l'affaire de l'un des nombreux exemples récents de banalisation perçue de l'histoire d'Anne Frank.

Mais peu de temps après la publication de l'article, un organisme de surveillance néerlandais appelé le Centre d'information et de documentation sur Israël, ou CIDI, a montré que l'artiste-interprète tweet des commentaires antisémites et anti-Israël depuis des années. Pour le CIDI, l’empreinte en ligne de la rappeuse suggère que son appropriation du nom d’Anne Frank est bien plus sinistre qu’elle ne le dit.

En mars 2018, elle écrivait : « Si Taylor Swift était juive, je la gazerais personnellement ».

En juillet 2018, elle écrivait : « C'est ironique qu'un Juif dépose des couronnes pour commémorer l'esclavage », une référence apparente à l'ancien vice-Premier ministre Asscher Lodewijk lors de la commémoration des victimes de la traite des esclaves transatlantique et la perpétuation de la vision antisémite commune qui en impute la responsabilité aux Juifs.

En 2014, elle a écrit sur le ralentissement de l'extraction de gaz dans le nord de la Hollande : « Il y a un paradis pour un Juif ».

Cette année, l’artiste a confirmé ses opinions négationnistes en écrivant : «Anne Frank est décédée du typhus, elle n’a donc jamais été assassinée.» À la veille de la Journée internationale de la commémoration de l’Holocauste, elle a écrit : Une connotation juive [de mon nom de scène] est très sensible pour vous tous mais je ne vous entends pas vous demander ce que les Juifs font en 2019 en Palestine. ”

En mai 2018, elle a publié sur Twitter une chanson intitulée « Free Palestine » et a écrit : « Je suis Anne Frank et je viens rapper pour la libération de la Palestine. Ça peut arriver. »

Hidde J. van Koningsveld, président du groupe CiJo, affilié au CIDI, a qualifié les tweets et l’utilisation du nom de « dégoûtant ».

"Silence" a été inclus dans le dernier album d’autres artistes interprètes : Lange Frans et Deniz Caro, sorti la semaine dernière. Lange Frans, l’un des rappeurs les plus connus des Pays-Bas, a défendu l’utilisation du nom d’Anne Frank par la rappeuse dans Het Parool. L'article ne faisait pas référence aux tweets découverts par le CIDI.

Sur Instagram, l'artiste connue sous le nom d'Anne Frank s'appelle elle-même « Anne Frankje », ou la petite Anne Frank - une forme diminutive qui, dans l'argot néerlandais, signifie également faire profil bas.

Elle fait preuve de « peu d’empathie pour les sentiments des survivants de l’Holocauste », indique la déclaration de la Maison Anne Frank.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.