Lu dans la presse
|
Publié le 18 Novembre 2019

Europe/IHRA - Grèce : Athènes dit non à l'antisémitisme

La Grèce vient de rejoindre la liste des pays qui ont adopté la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste - l'IHRA -. C'est Kyriakos Mitsotakis, le premier ministre grec, qui l'a annoncé dans le cadre de sa lutte contre le racisme.

Publié le 18 novembre dans Actualité Juive

En vertu de cette définition, remettre en caus e le "droit à l’autodétermination des Juifs, en affirmant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est le fruit d’une entreprise raciste", comparer "l'actuelle politique israélienne à celle des nazis" ou encore déclarer que "les Juifs seraient collectivement responsables des actes de l’État d’Israël" sont assimilés à de l’antisémitisme. 

Tout comme exiger de l'Etat d'Israël des comportements que l'on n'exige pas de tout autre État démocratique. David Harris, directeur général du Comité juif américain s'est félicité de la décision de la Grèce et rappelé que pour lutter efficacement contre l'antisémitisme il fallait des dirigeants prêts à s'exprimer et à prendre des mesures.

"Bien que la liste des pays qui s'accordent pour définir l'antisémitisme s'allonge, y compris 13 États membres de l'Union européenne, a-t-il ajouté, il reste cependant encore beaucoup à faire afin de mettre en œuvre des plans d'actions concrètes à une large échelle"

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.