Lu dans la presse
|
Publié le 6 Mai 2019

Europe/Mémoire - Hommage au consul du Japon en Lituanie, Chinue Sugihara, Juste parmi les Nations

Pour la première fois depuis des décennies, un événement de commémoration de l’Holocauste s’est tenu dans la ville de Mir en Biélorussie, qui était jadis l’un des principaux centres d’apprentissage juif en Europe.

Publié le 3 mai dans le Telegraph Jewish Agency sous le titre - Holocaust rescuer Chinue Sugihara’s son helps honor his deeds in Belarus

Traduction proposée par le Crif

Nobuki Sugihara, fils de Chiune Sugihara, le seul sauveur des Juifs du Japon au temps de l’Holocauste, a assisté à la cérémonie à Mir, une ville de quelque 2 000 habitants située au sud-ouest de Minsk. L'organisation de l'apprentissage juif Limmud FSU a invité Nobuki Sugihara et des centaines de Juifs de Biélorussie à la cérémonie à l'ancienne yeshiva, dont sont originaires les étudiants que Chiune Sugihara a sauvé.

Désormais devenu un bureau de poste, la Yéshiva  ou le séminaire religieux de Mir, était une des institutions les plus connues et les plus prestigieuses d’Europe. En 1940, après le transfert de la yeshiva à Vilna, Chiune Sugihara, alors consul du Japon en Lituanie, délivra des visas vitaux de transit aux 700 étudiants de la yeshiva et à plus de 2 000 Juifs supplémentaires contre les ordres de ses supérieurs.

Les visas, ainsi qu'un autre visa fourni aux réfugiés par le consul néerlandais Jan Zwartendijk, permettaient aux demandeurs d'asile de survivre à l'Holocauste et de fuir les nazis. Mir fait partie d'une poignée de yeshivas célèbres en Europe dont les étudiants ont été presque tous sauvés. Des branches de la yeshiva ont été établies à New York et à Jérusalem.

"Il savait qu'ils n'avaient nulle part où aller et que personne d'autre ne les aiderait à survivre", a déclaré Nobuki Sugihara à propos de son père dans un discours prononcé lors de l'événement. La carrière de Chiune Sugihara a été retardée au Japon, allié de l’Allemagne nazie, et il a quitté le ministère des Affaires étrangères en 1947.

Contrairement à la solennité des précédents événements commémoratifs de l'Holocauste organisés par Limmud FSU, le fondateur de l'organisation, Chaim Chesler, et certains des 600 juifs biélorusses qui ont assitsé et pris part à l'événement ce week-end ont dansé à Mir en l'honneur des vies sauvées par Sugihara, au son d'un groupe local.

"Sugihara est un symbole de courage et de débrouillardise", a déclaré Chesler.

Le groupe et les danseuses portaient des vêtements traditionnels et le maire a déclaré le jour de l'événement un jour férié en l'honneur des visiteurs.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.