Lu dans la presse
|
Publié le 27 Avril 2020

Hommage - Disparition : Claude Barouch (zl) nous a quittés

La communauté juive a perdu samedi 25 avril l’un de ses plus ardents défenseurs avec la disparition de Claude Barouch, à l’âge de 72 ans. Le président de l’UPJF a été emporté par le Covid, a fait savoir sa fille Alexandra sur sa page Facebook. "Mon père Claude Haï Victor Barouch nous a quittés cette nuit après avoir lutté pendant cinq semaines contre ce virus de merde. C’était un mari merveilleux, un père exemplaire, un grand-père bienveillant. C’était un homme exceptionnel, un vrai militant et un modèle pour beaucoup de gens".

Publié le 27 avril dans Actualité Juive

Homme de droite connu pour son franc-parler, Claude Barouch était surtout un homme de convictions qui savait faire de la place aux débats avec des qualités d’écoute et d’orateur qui faisaient de lui un leader respecté. Depuis samedi, les hommages se succèdent dans la communauté juive et la classe politique comme autant de marques d’affection qu’on lui portait. 

   De l’Imam Chalghoumi à Geoffroy Boulard, de Francis Kalifat à Aliza Bin-Noun, Philippe Meyer, Ariel Goldmann, Noémie Madar, Ivan Rioufol, Jack-Yves Bohbot, Jérémy Redler, Francine Girond, Jérôme Dubus, Geoffroy Didier, Meyer Habib, tous ont rendu hommage à ce grand dirigeant communautaire, militant de la lutte contre l’antisémitisme et défenseur de l’Etat d’Israël. « Claude Barouch était un monument de dynamisme et d’engagement, un pilier de la communauté juive de France », a déclaré Claude Guéant. 

   Ces combats, Claude Barouch les menait dans le cadre de l’Union des Patrons et des Professionnels Juifs de France (UPJF) dont il était le président, en faisant un travail de lobbying silencieux et considérable pour rétablir une vision équilibrée de l’information sur Israël dans les médias français. Les colloques de l’UPJF étaient la part visible de ces actions.  

   Dès le début des années 90, il fut l’un des premiers à alerter contre l’expansion de l’islam radical en France et sa composante judéophobe et n’avait eu de cesse, depuis, de dénoncer ce que l’on a qualifié plus tard d’islamogauchisme. Claude Barouch avait fait sien ces combats autant pour sa détermination à lutter contre l’antisémitisme que pour défendre les valeurs de la République auxquelles il était très attaché. 

   Ces derniers mois, avec Guy Rozanovitch et Charly Touaty, il avait mobilisé toutes ses forces pour constituer autour de Lydia Benattar un comité de soutien de l’hebdomadaire Actualité juive. « Nous approchons des élections municipales et de moments importants dans la vie politique française : qui va faire parler les responsables et les élus pour qu’ils expriment et défendent leurs positions ? Il faut un journal qui a une expérience et des valeurs, c’est-à-dire, Actu J. Le journal n’a pas besoin de la communauté mais la communauté a besoin d’Actualité juive », avait-il déclaré avant le gala du journal le 9 décembre dernier. 

   A son épouse Michelle et ses enfants, Actualité juive présente ses condoléances. Le journal rendra hommage à ce grand homme qui va beaucoup nous manquer.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.