Lu dans la presse
|
Publié le 14 Septembre 2020

Israël - Bahreïn accepte de normaliser ses relations avec Israël

Bahreïn a accepté d'établir des relations formelles avec Israël avant la signature historique prévue mardi, à Washington, d'un accord visant à normaliser les relations entre Israël et les Émirats arabes unis.

Publié le 12 septembre dans The Jerusalem Post sous le titre Bahrain agrees to normalize relations with Israel

Traduction proposée par le Crif

 

Il est probable qu'un deuxième accord soit signé mardi entre Israël et Bahreïn.

Le président américain Donald Trump a tweeté la nouvelle vendredi après s'être entretenu par téléphone avec le roi de Bahreïn, Hamad bin Isa al Khalifa, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré la Maison Blanche.

« Une autre percée Historique aujourd'hui ! Nos deux Grands amis, Israël et le Royaume de Bahreïn, conviennent d'un accord de paix - le deuxième pays arabe à faire la paix avec Israël en 30 jours ! », a tweeté Donamd Trump.

Israël « travaille maintenant à l'ouverture d'une ambassade israélienne à Bahreïn », selon un responsable du ministère des Affaires étrangères.

Samedi déjà, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi s'est entretenu avec son homologue bahreïni : Abdullatif bin Rashid al Zayani. « J'ai hâte d'approfondir et de renforcer les relations entre nos deux pays. Ensemble, nous travaillerons pour la paix et la stabilité au Moyen-Orient », a tweeté Gabi Ashkenazi.

Vendredi, Benjamin Netanyahu a déclaré que d'autres accords avec les États arabes suivraient l'accord de Bahreïn, et celui conclu avec les EAU en août.

Pour souligner la rapidité avec laquelle les événements se déroulent, Benjamin Netanyahu a noté vendredi qu'il avait fallu 26 ans, à compter de la signature d'un accord de paix entre Israël et la Jordanie en 1994, pour qu'un accord soit existant, comme celui avec les Émirats arabes unis. Après cela, a-t-il dit, il ne restait plus que 29 jours pour conclure un autre accord. « C'est une nouvelle ère de paix », a déclaré Benjamin Netanyahu dans un message vidéo.

Benjamin Netanyahu part pour Washington dimanche et retournera en Israël après la cérémonie de signature de mardi à la Maison Blanche.

La cérémonie doit être suivie par Benjamin Netanyahu et le ministre émirati des Affaires étrangères, Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan. Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn devrait également se joindre à cette cérémonie pour signer une déclaration sur les relations avec Israël.

Suite à l'annonce de normalisation des relations entre Israël et Bahreïn, les États-Unis, Israël et Bahreïn, ont publié une déclaration conjointe : « Il s’agit d’une avancée historique vers la poursuite de la paix au Moyen-Orient. L'ouverture d'un dialogue et de liens directs entre ces deux sociétés dynamiques et les économies avancées continuera la transformation positive du Moyen-Orient et augmentera la stabilité, la sécurité et la prospérité dans la région », ont-ils déclaré.

L'agence de presse officielle de Bahreïn BNA a déclaré vendredi que le roi de Bahreïn avait clarifié dans sa conversation avec Donald Trump et Benjamin Netanyahu, que le Bahreïn restait attaché à la cause palestinienne et à la nécessité de parvenir à une paix juste et durable entre les Israéliens et les Palestiniens sur la base d'une solution à deux états.

L'ambassadeur du Bahreïn aux États-Unis, Abdulla R. al-Khalifa, a tweeté: « La déclaration de l'établissement de relations entre le Bahreïn et Israël est dans l'intérêt de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité de la région, elle envoie un message positif et encourageant au peuple d'Israël, qu'une paix juste et globale avec le peuple palestinien est la meilleure voie et le véritable intérêt pour leur avenir et celui des peuples de la région ».

Jared Kushner, conseiller principal du président, a qualifié cet accord de « percée historique pour le président et aussi pour le monde et pour ces deux pays. À l'anniversaire du 11 septembre, c’est la meilleure chose que nous puissions faire pour empêcher qu’un autre 11 septembre ne se produise : instaurer la paix et lutter énergiquement contre l’extrémisme et le terrorisme. Et le président Trump n'a ménagé aucun effort pour cela ».

La possibilité d'accords supplémentaires avec d'autres pays du Moyen-Orient, tels que l'Arabie saoudite, a été abordée.

« Il y a un nouvel élan et un nouvel espoir au Moyen-Orient », a déclaré le conseiller principal. « L'accord que nous avons conclu entre les Émirats arabes unis et Israël a été encore plus populaire que prévu, c'est pourquoi ce prochain accord est venu si rapidement. Nous ne savions pas quelle serait la réaction, mais elle a été extrêmement positive. Et de plus en plus de pays se précipitent pour essayer de comprendre comment ils peuvent faire de bonnes choses pour leurs citoyens et créer un paradigme pour un avenir beaucoup plus pacifique et prospère.

« Les dirigeants de la région reconnaissent que l'approche qui a été adoptée dans le passé n'a pas fonctionnée et ils se rendent compte qu'il y a des gens qui veulent voir un avenir plus dynamique et passionnant», a poursuivi Jared  Kushner. « Je pense qu'il est inévitable que tous les pays du Moyen-Orient normalisent leurs relations avec Israël. C'est une chose très difficile. Je ne connais pas le moment choisi, mais je pense que les gens veulent voir le Moyen-Orient avancer. Ils veulent saisir l'opportunité. »

« Je pense que cela aidera à réduire les tensions dans le monde musulman et permettra aux gens de séparer la question palestinienne de leurs propres intérêts nationaux - de leur politique étrangère, qui devrait se concentrer sur leurs priorités nationales. », a-t-il ajouté.

L'ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU, Gilad Erdan, a tweeté : « Un autre jour historique pour Israël et le monde arabe. Félicitations à Benjamin Netanyahu, au roi Hamad bin Salman de Bahreïn, au président Donald Trump et à Jared Kushner pour cette formidable réalisation. Nous assistons au début d'une nouvelle ère au Moyen-Orient! »

« L'élargissement du cercle de paix au Moyen-Orient peut également conduire à un changement à l'ONU », a déclaré Erdan. « Nous entrons dans une nouvelle ère dans laquelle nous pouvons travailler publiquement ensemble sur les questions de sécurité et la prospérité économique d'Israël et des pays arabes. Ensemble, nous ferons face aux défis qui menacent la stabilité au Moyen-Orient. »

Ebrahim Dahood Nonoo, le chef de la communauté juive du Bahreïn, a salué l'accord. « En cette occasion historique de promotion de la paix au Moyen-Orient, et la déclaration conjointe des États-Unis, du Royaume du Bahreïn et de l'État d'Israël, la communauté juive de Bahreïn, félicite nos dirigeants à cette occasion mémorable », a écrit Ebrahim Nonoo. « La communauté juive bahreïnite est une communauté indigène installée au Bahreïn depuis la fin du XIXe siècle. Bien que nos effectifs soient faibles, nous sommes très bien intégrés dans le tissu de la société, tant dans les affaires que dans la culture. »

L'établissement de relations avec Israël se déroule dans un contexte de craintes partagées quant à la menace que l'Iran pourrait représenter pour la région. La plus grande question est maintenant de savoir si l'Arabie saoudite, l'un des pays les plus influents du Moyen-Orient et un proche allié des États-Unis, suivra son exemple.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.