Lu dans la presse
|
Publié le 12 Février 2020

Israël - Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU publie une liste noire d'entreprises liées aux implantations israéliennes

Le Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies, dirigé par Michelle Bachelet, a publié aujourd'hui une liste noire d'entreprises faisant affaire avec des Israéliens vivant dans les quartiers juifs de Jérusalem et d'autres régions au-dessus de la ligne verte de 1949 revendiquée par les Israéliens et des Palestiniens. UN Watch a publié un communiqué de presse sur le sujet.

Communiqué de presse de UN Watch

GENÈVE, 12 février 2020 

Depuis plusieurs semaines, le Bureau de Michelle Bachelet avait reporté la publication de la liste, en reconnaissant "la complexité juridique, méthodologique et factuelle". 
 
La base de données controversée des entreprises faisant affaire avec les implantations israéliennes, que les équipes de Michelle Bachelet n'ont jamais produite sur aucun autre État, a été mandatée par une résolution de mars 2016 du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, parrainée par le Koweït au nom du Groupe arabe de 22 membres, le Pakistan au nom du groupe islamique de 56 pays, ainsi que par le Soudan, le Venezuela, l'Algérie, Bahreïn, la Bolivie, le Tchad, Cuba, Djibouti, l'Équateur, l'Égypte et la Libye.
 
"Les dictatures qui ont initié cette liste noire l'ont fait non pas parce qu'elles se soucient des droits de l'Homme, mais pour détourner l'attention des violations sérieuses des droits commises par des membres du conseil comme le Venezuela ou la Libye", a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch.
 
"Faire des affaires dans des territoires contestés n'a jamais été interdit par le droit international ni, jusqu'à aujourd'hui, soumis à une liste noire des Nations Unies. Par exemple, l'UE a des relations commerciales et financières avec le Sahara occidental occupé par le Maroc et le nord de Chypre occupé par la Turquie", a déclaré Neuer.
 
"Curieusement, sur plus de 100 conflits territoriaux dans le monde aujourd'hui, y compris au Tibet, au Cachemire, en Crimée, au Sahara occidental, l'ONU a choisi de ne mettre sur liste noire que les entreprises faisant des affaires dans les territoires contestés d'Israël", a-t-il ajouté.
 
"Comme plusieurs grandes démocraties l'ont écrit à l'ONU, l'organisme mondial n'a pas de mandat légal pour dire aux entreprises où elles devraient ou ne devraient pas opérer. De plus, si cela concernait vraiment les droits de l'Homme, le facteur clé serait de déterminer si les droits de l'Homme palestiniens sont effectivement violés, mais cela est ignoré."
 
"Malheureusement, ceci est un autre exemple du détournement d'organes de l'ONU pour promouvoir un programme politique unilatéral qui favorise le conflit au lieu de faire avancer le processus de paix."
 
"La Haut-Commissaire Michelle Bachelet, qui devrait défendre les principes d'universalité et d'égalité de la Charte des Nations Unies, a maintenant permis à son bureau de devenir un outil pour le mouvement BDS anti-Israël, qui désigne. Avec cette liste noire, l'ONU est devenue Ground Zero pour le BDS mondial."
 

UN Watch est un organisation non-gouvernementale basée à Genève qui a pour mission de monitorer et de - si besoin - de dénoncer les décisions prises par les différentes instances onusiennes.

 

Le Crif vous propose : 

CRIF - LE CRIF VIGILANT CONCERNANT LE TRAITEMENT D'ISRAËL PAR LES ORGANISATIONS ONUSIENNES

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.