Tribune
|
Publié le 14 Juin 2010

Trop c’est trop, par Roger Cukierman

Trop c’est trop ! Je vais vous offrir mon rapport très personnel sur l’affaire de la flottille dite humanitaire qui voulait forcer le blocus de Gaza. Israël est en guerre contre le Hamas qui souhaite la destruction d’Israël. Israël est donc fondé à vouloir empêcher le Hamas de se doter d’armes. Mais Tsahal a commis trois erreurs. Une erreur du service de renseignement qui n’a pas su déceler que parmi les humanitaires figuraient des activistes décidés à combattre. Deuxième erreur, celle du soldat le plus décoré d’Israël, ministre de la défense, Ehud Barak qui a envoyé une dizaine de soldats descendus un à un d’un hélicoptère tomber dans le piège tendu par les activistes turcs. Troisième erreur celle des services de communication de l’armée qui ont attendu six heures pour communiquer les images qui démontraient qu’il y avait eu embuscade. Or à l’heure d’internet la communication doit être instantanée.




Je poursuis mon rapport. Depuis ce jour de fin mai, je constate l’ambiance d’agression contre Israël qui règne dans les medias français. Dans la presse écrite comme à la télévision. Chaque speakerine de la télévision, habituellement si aimable, se sent autorisée à traiter en coupable l’Etat d’Israël. Certaines vont même jusqu’à se coiffer d’un tchador pour aller interviewer à des milliers de km de Paris le pire ennemi d’Israël, négationniste de surcroît. Le boycott de tout ce qui est israélien devient une pratique courante bien qu’interdite par la loi. Des groupes pro palestiniens mènent des opérations de commandos dans les grandes surfaces pour empêcher la vente de produits israéliens. Des défenseurs de la culture déprogramment des chanteurs israéliens ou des films israéliens qui traitent de sujets absolument a politiques.



Les amalgames vont bon train entre le gouvernement israélien et le peuple israélien. On en arrive à mettre en question la légitimité de l’existence de l’état d’Israël. Chacun sait les risques de vague antisémite que tout cela comporte. L’amalgame entre israélien et juif est tentant et encourage à casser du Juif. Le monde politique s’en donne à cœur joie pour critiquer Israël, de Kouchner à Villepin, et des Verts aux communistes. Mais la palme d’or revient à Roland Dumas, ami intime des grands démocrates syriens et libyens, qui fut mêlé à toutes les turpitudes de la période Mitterrand. Il ose comparer le Premier Ministre d’Israël à Hitler.



Alors oui nous sommes exaspérés par ces excès, par ces amalgames. Nous sommes exaspérés par tous ces donneurs de leçons, par leur acharnement, par ces deux poids deux mesures. Qui se préoccupe réellement de Guilad Shalit citoyen français maintenu en détention par le Hamas depuis 4 ans ? A-t-on entendu nos beaux esprits s’indigner, exiger des commissions d’enquête internationale à propos de l’Iran ou du Sri Lanka où des dizaines de milliers de Tamouls ont perdu la vie ?



Israël est-il le Juif des nations ? Est-on anti israélien comme on est antisémite ?



Voilà le climat inquiétant qui nous entoure. Comment ne serions nous pas exaspérés ? Comment n’aurions nous pas envie de manifester ? Trop c’est trop !



(Billet du 14 juin 2010 sur Judaïque FM)



Photo : D.R.

Nos réseaux sociaux en direct

#GUEST – Les Amis du Crif vous donnent rendez-vous pour une conférence-débat sur le thème :

"Quel avenir pour le paysage politique français ?"

Animée par Dominique De Montvalon avec nos invités :

Dominique Reynié,
Professeur de Sciences politiques à SciencePo, Directeur de Fondapol

Pascal Perrineau,
Professeur des universités,
Président des Alumni et Responsable du programme Vie politique à SciencesPo Cevipof

Brice Teinturier,
Directeur général délégué d'Ipsos France

Save the date : lundi 23 janvier 2017 de 19h30 à 22h à l'hôtel InterContinental Paris Le Grand, 2 rue Scribe, 75009 Paris.

Réservez vos places : bit.ly/2hRuOTG

#AmisDuCrif

#GUEST – Les Amis du Crif vous donnent rendez-vous pour une conférence-débat sur le thème :

"Quel avenir pour le paysage politique français ?"

Animée par Dominique De Montvalon avec nos invités :

Dominique Reynié,
Professeur de Sciences politiques à SciencePo, Directeur de Fondapol

Pascal Perrineau,
Professeur des universités,
Président des Alumni et Responsable du programme Vie politique à SciencesPo Cevipof

Brice Teinturier,
Directeur général délégué d'Ipsos France

Save the date : lundi 23 janvier 2017 de 19h30 à 22h à l'hôtel InterContinental Paris Le Grand, 2 rue Scribe, 75009 Paris.

Réservez vos places : bit.ly/2hRuOTG

#AmisDuCrif

#Guest - Brice Teinturier et la « demande de libéralisation du système »

Directeur général délégué d'Ipsos France, Brice Teinturier sera l’un de nos invités le 23 janvier prochain à notre soirée conférence-débat.

Brice Teinturier s’est exprimé suite à la primaire de la droite sur les dynamiques de campagne de deux candidats à la présidentielle se réclamant du libéralisme, François Fillon et Emmanuel Macron.

- François Fillon, la rupture libérale et les Français :

B.T : Le discours économique libéral de François Fillon est massivement approuvé par le corps électoral ayant participé à la primaire de la droite. Et même au-delà : il y a une évolution très nette de l’opinion des sympathisants de droite. C’est une demande en faveur d’une moindre régulation de l’économie par l’Etat, d’une débureaucratisation et d’une libéralisation du système. Il s’agit d’un mouvement progressif : les Français souhaitent qu’il y ait moins de fonctionnaires, qu’on laisse plus de libertés aux entreprises et qu’on enlève un certain nombre de normes. Ils ont le sentiment qu’ils ont souvent, en tant que citoyens, les bonnes solutions mais que le système politique les bloque. (…)

- Le vrai défi d’Emmanuel Macron :

B.T : La situation d’Emmanuel Macron est plus compliquée que celle de François Fillon. Il faut d’abord dire que sa dynamique n’est pas une bulle médiatique. Son émergence a des ressorts profonds. On aurait tort de déduire du succès de François Fillon que la demande de renouvellement politique dans ce pays n’est pas aussi puissante qu’on avait pu l’imaginer ; ce serait une grave erreur. Il y a une exaspération très forte depuis au moins trois ans. (…)

Pour l’intégralité de l’article @lemonde : bit.ly/2jeCuAW

Pour réservez vos places à l’occasion de la prochaine soirée des#AmisDuCrif c’est ici : bit.ly/2hRuOTG

Le parrain de la musique électronique jouera pour la première fois en Israël et veut attirer l’attention sur l’état de la mer Morte

Yossi Sheli représentera l'Etat hébreu dans ce pays d'Amérique latine - israel, Brésil

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.