Tribune
|
Publié le 27 Février 2013

Antisémitisme d'opposants d'Ennahda en Tunisie

 

Par Hélène Keller-Lind

 

Certes le parti Ennhada n'est pas officiellement antisémite. Il est « seulement » antisioniste, mais dans la mesure où il voulait inscrire dans la Constitution tunisienne la criminalisation des liens avec Israël et où son mentor Gannuchi utilise une imagerie traditionnellement antisémite pour décrire Israël ou qu'un député de son parti voulait restreindre la vente de terrains aux Juifs, on est en droit de s'interroger sur ce sujet. Malheureusement, sans doute moins prudents, des opposants au parti islamiste au pouvoir ne s'embarrassent pas de tels distinguos et donnent carrément dans l'antisémitisme, comme dans vidéos et caricatures. 

 

 

Si les différents partis et factions tunisiennes se déchirent aujourd'hui, prônant, en gros, l'établissement de deux types de société opposés, avec d'une part la mise en place progressive de la charia, avec tout ce que cela comporte comme interdits et préjugés, et d'autre part celle d'une société plus moderne, avec tout cela comporte de libertés et d'ouverture, ils se retrouvent néanmoins très souvent sur un thème : celui de l'antisionisme, voire de l'antisémitisme.

 

Sous l'antisionisme, l'antisémitisme: Gannouchi

 

Car distinction il y a, même si, très souvent, sous l'antisionisme se cache l'antisémitisme. Comme on l'a vu avec le parti Ennahda qui voulait inscrire dans la constitution tunisienne la criminalisation des liens avec Israël. Rien que ça...Le parti y a renoncé, sans doute devant des pressions extérieures. Après tout les États-Unis sont un des bailleurs de fonds du pays du jasmin en grande difficulté économique, une aide sans doute conditionnée... Pourtant d'autres ont pris le relais pour demander cette criminalisation. Comme le parti Wafa, dont le Président, Abderraouf Ayadi, un acharné anti-israélien, qui, fin 2012, avait été pressenti pour devenir ministre de la Justice http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=34260 dans un pays dans la tourmente où il n'est plus question de remaniement ministériel, à l'exception du remplacement du premier ministre, celui qui était en poste ayant démissionné.

 

Sous cet antisionisme se cache pourtant un antisémitisme, ou ce qui y ressemble fort. Même si Ennhada avait condamné les slogans violemment antisémites, appelant au meurtre des Juifs, scandés à l'aéroport de Tunis lors de la venue du Premier ministre de facto de Gaza, Ismaël Hanyeh en janvier 2012. Ainsi, mêlant antisonisme et antisémitisme. En effet, l'idéologue du parti, Rachid al-Ghannouchi, a décrit ainsi les Accords d'Oslo : « un plan judéo-américain pour la région tout entière qui la débarrasserait de toute résistance et l'ouvrirait à des activités économiques et culturelles juives, qui culmineraient en une hégémonie juive complète de Marrakech au Kazakhstan ». Parallèlement, il soutient le Hamas et se dit certain que la nation musulmane éliminera un jour « le cancer » sioniste, relève le journaliste Oren Kessler http://www.worldaffairsjournal.org/article/keeping-onus-ennahda

 

Un député d'Ennahda voulait faire interdire la vente de terrains à des Juifs

 

En septembre 2012 le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, annulait la visite qu'il devait faire en Tunisie après qu'un député d'Ennahda a demandé au Parlement tunisien de voter une loi pour interdire la vente de terrains aux Juifs dans l'île de Djerba au motif qu'elle ressemblait à une « seconde Palestine »... http://antisemitism.org.il/article/72225/islamic-elected-official-ennahda-party-proposes-curtail-land-rights-jews Là encore on voit comment antisionisme et antisémitisme se rejoignent.

 

Des opposants entendent insulter Gannuchi en le représentant sous les traits d'un Juif pieux

 

Ironiquement, une partie de l'opposition à Ennhada donne aussi dans l'antisionisme / antisémitisme, et, parfois, déguise Gannuchi en le représentant sous les traits d'un Juif pieux, une insulte suprême. Comme on le voit dans cette vidéo à plusieurs reprises – minutes 1.32,  2.6 – qui accompagne un chant patriotique. On l'y voit également sur fond de drapeau israélien – 1.14 -, autre insulte https://www.facebook.com/photo.php?v=4532360348169&set=vb.196231293759746&type=2&theater  

 

On trouve également des caricatures à l'instar de celle-ci où l'on voit le monde arabe s'entredéchirer sous l’œil goguenard d'un Juif pieux, marchand d'armes et de pétrole, menaçant la mosquée du Dôme du Rocher, secondé par un oncle Sam hilare....

 

Le thème de la Palestine est souvent entendu lors de manifestations laïques. Mais cela n'est heureusement le fait que d'une partie seulement de l'opposition. On déplore d'autant plus que le dirigeant d'opposition Chokri Belaid, a priori un homme éclairé, assassiné récemment, militait activement au sein du comité pour la criminalisation des relations avec Israël, selon plusieurs sources, dont le quotidien égyptien Al-Ahram http://english.ahram.org.eg/NewsContent/2/8/64204/World/Region/Chokri-Belaid,--Fierce-opponent-of-Tunisias-Islami.aspx

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.