Tribune
|
Publié le 6 Mai 2015

Je m'appelle Marc (c'est mon prénom), suis-je chrétien et/ou romain? Non, je suis juif

"Pardon de vous dire que le Maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit, mais on le fait. "

Par Marc Knobel, Historien, Directeur des Etudes du CRIF, publié dans le Huffington Post le 5 mai 2015
Le coquet et très provocant Robert Ménard, qui pense avoir si fière allure du haut de sa Mairie de Béziers -dont il est hélas le maire- n'a pas froid aux yeux, ni honte. Pas l'ombre d'un doute non plus, chez ce journaliste, qui dans le temps disait et entendait défendre la liberté d'expression (des journalistes). Le voilà qui fiche maintenant les enfants en fonction de leur religion!
Le Mairede Béziers donc (proche du Front national) révèle l'existence d'un fichier recensant les enfants supposés musulmans de sa ville. Robert Ménard a fait cette déclaration, susceptible de poursuites judiciaires lundi 4 mai 2015 lors d'un débat de l'émission "Mots croisés" sur France 2. Ménard, a donné des pourcentages d'enfants de confession musulmane dans les écoles de sa ville, rapporte Le Monde (05 mai 2015). "Robert Ménard dit qu'il y a 64,6% d'enfants de confession musulmane à Béziers. Mais il les tient d'où, ces statistiques?", s'était auparavant interrogé sur Twitter un téléspectateur, dont les propos ont été repris par l'un des chroniqueurs de l'émission. "Ce sont les chiffres de ma Mairie. Pardon de vous dire que le Maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit, mais on le fait." Robert Ménard persiste: "Les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier une évidence".
Stupidité sans nom que cette affirmation spécieuse et que cette assurance si grotesque. Je m'appelle Marc (c'est mon prénom), suis-je chrétien et/ou romain? Non, je suis juif. Comme il existe des enfants qui ont un prénom à consonance musulmane (pense-t-on), et ne le sont pas. Et quand bien même. Quel est le problème? Que voulez-vous dire? Et que ferez-vous de ce fichage dégueulasse?
Mais, où va-t-on? Et qu'est-ce donc que cette chose? Que cette volonté de cataloguer? De lister? Qu'est-ce donc que cette exigence de basse petite police? Qu'est-ce donc que cette manière qui nous rappellerait presque et de triste mémoire ce que l'on faisait en d'autres temps?
Mais, au-delà, voilà quelque chose de particulièrement inadmissible en République. En France, les statistiques ethniques sont interdites par la loi du 6 janvier 1978, je le rappelle ici.
Il faut arrêter d'urgence avec de telles méthodes, qu'il faut condamner.
De fait, aujourd'hui, je suis Mohamed.
Je m'appelle Ali, Abdoul, Assia, Bilal, Aicha, Ahmed, Abdullah, Ali, Akim et j'en suis fier (que je sois musulman ou non).
 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.