Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Pour Sarah

20 Décembre 2019 | 265 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

Pages

Actualité

Jeudi 26 juillet, j'ai écrit au Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian afin de lui faire part de mon étonnement face à l'absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d'Orsay suite à l'évacuation de casques blancs syriens.

Mercredi 25 juillet, j'ai adressé des courriers aux Présidents respectifs de la Fédération Française des Échecs et de la Fédération Française de Judo. L'objectif : mener à bien le combat pour l'égalité et contre la discrimination de toute nature.

Fausses rumeurs, photos ou vidéos truquées… les fausses informations, ou fake news, inondent le net. La désinformation va parfois plus loin, prenant la forme de théories à l’apparence scientifique.

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

En cette veille de Shabbat et de Hanoucca, j’aurais tant aimé n’avoir qu’à vous souhaiter le meilleur.

J’aurais tant aimé aborder cette fête des lumières et du miracle en évoquant notre Histoire millénaire, sa liturgie et cette ambiance unique qui nous réunit en famille autour de l’allumage des bougies de Hanoucca. 

Mais, ce 19 décembre 2019, une nouvelle est tombée et un couteau a été planté dans le cœur de chaque Juif de France.

Ce 19 décembre 2019, deux ans et demi après l’assassinat sauvage de Sarah Halimi ( zal ) au cri de Allah ou Akbar, la chambre d’instruction a conclu à la non responsabilité pénale du criminel. 

Ce 19 décembre, Sarah Halimi a été une seconde fois assassinée.

En 2019, l’agression et la mort par défenestration d’une femme juive peut trouver des circonstances atténuantes !

Cette annonce est non seulement un scandale et une honte pour notre pays mais elle est un signe envoyé à tous les antisémites qui aujourd’hui ou demain attaqueront ou tueront à nouveau des Juifs. 

Elle est un permis ou plutôt une méthode offerte à ces criminels.

La prise de stupéfiants est une circonstance aggravante en cas d’accident mais est à présent une circonstance atténuante lorsqu’on assassine une juive. 

Me Szpiner, a estimé qu’avec cette décision, la cour a créé une « jurisprudence Sarah Halimi ». « C'est-à-dire que toute personne qui sera atteinte d'une bouffée délirante parce qu'elle a consommé des substances illicites et dangereuses pour la santé se verra exonérée de sa responsabilité pénale ».

Tel est le message envoyé par cette décision rendue ce 19 décembre 2019. Une aberration ou plutôt une insulte à la raison et à la justice. Une insulte à tous ceux qui ont déclaré l’évidence du crime antisémite de Sarah Halimi. Une gifle à toute la communauté juive qui ne sait plus si elle peut continuer à faire confiance à la justice. Une insulte à tous les juifs qui depuis des années subissent l’antisémitisme. Un coup de plus dans les plaies encore saignantes de toutes les victimes de cette haine anti juive. 

En cette veille de Shabbat et de Hanoucca, nous aurons tous à l’esprit le visage de la pauvre Sarah et penserons à toute sa famille.

En cette veille de fête, j’implore le ciel afin que justice soit faite. 

En cette veille de fêtes, je me fais l’écho de tout un peuple qui crie, encore en silence, qu’il ne se laissera pas faire !

Gil Taïeb 

 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -