Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les Juifs d'Algérie et la Terre d'Israël, une publication de Morial

11 Juillet 2018 | 206 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

Pages

Les Juifs d'Algérie et la Terre d'Israël*, une publication de Morial

Par-delà l’histoire millénaire des Juifs d’Algérie et de leur exode à la suite de l’indépendance du pays en 1962 qui a entraîné la disparition complète de cette belle communauté de sa terre ancestrale, l’objet de cette étude intéressante est de s’inscrire en faux contre une opinion répandue, à savoir la faible participation du judaïsme algérien à l’entreprise sioniste et à l’édification de l’Etat d’Israël.

Si, tout au long de l’occupation arabo-musulmane de la terre d’Algérie, les Juifs eurent à subir le statut infamant de la dhimma, ils connaîtront la liberté avec la conquête française et l’acquisition collective de la nationalité française grâce au décret Crémieux de 1870.

Une étude très étonnante due au professeur israélien Yossef Charvit de l’université Bar-Ilan, révèle un épisode peu connu de la campagne de dénigrement des Juifs d’Algérie : Le « mauvais procès » fait aux Juifs d’Algérie à Jérusalem en 1963. Sur une idée de Moshé Sharett, alors directeur de l’Agence Juive, un « procès » s’est tenu, le 23 janvier 1963 au Beit Ha’Omanim. Un tribunal, présidé par Shalev Guenossar, examina, devant une centaine de participants, l’accusation de « n’avoir pas immigré en masse en Israël après la déclaration d’indépendance de l’Algérie en 1962 ». Cette étrange procédure se déroulait avec la participation d’avocats : pour l’accusation : maître André Narboni, président de la Fédération Sioniste d’Algérie et maître A. Matalon. Pour la défense : maître Shlomo Cohen Tsidon et maître A. Barukh. Les accusés et leurs défenseurs réussirent à démontrer que contrairement aux idées reçues, l’alyah des Juifs algériens avait été conséquente.

On trouve également dans ce précieux recueil des textes sur la participation des Juifs algériens  à la guerre d’Indépendance d’Israël, sur les mouvements de jeunesse juifs et sur les objectifs de l’association Morial fondée en 1995. Des portraits illustrés de personnalités marquantes d’Algérie qui ont choisi Israël, sont proposés.

Original et intéressant.

Jean-Pierre Allali

(*) Publication de Morial. 111, avenue Victor Hugo. 75784. Paris Cedex 16. Avril 2018. Prologue de Serge Dahan. Postface du Grand rabbin René Samuel  Sirat.