Actualités
|
Publié le 11 Février 2020

La minute Geek/Haine sur Internet - Comment le CoronaVirus fait ressortir les pires aspects des réseaux sociaux ?

Chaque semaine, le Crif vous propose une plongée dans le monde de la tech et de ses outils. Mettez votre costume de geek, c'est parti !

Voici quelques semaines que le monde entier s’est focalisé sur ce mystérieux virus venu de Chine. Depuis, c’est une déferlante de publications, des plus sérieuses aux plus farfelues, qui alimentent une psychose collective. Cette psychose a malheureusement comme conséquence de créer un climat de méfiance et racisme entre les citoyens… et surtout envers nos concitoyens asiatiques.

Attention aux fake news :

Elles sont nombreuses quand il s’agit du virus. Non, le virus ne s’attrape pas sur un colis Aliexpress. Non, le virus n’a pas été inventé par les américains pour vendre des vaccins. Si ces théories entre complotisme et grande approximation scientifique prêtent à sourire, elles ont néanmoins été relayées sur les réseaux sociaux à de très nombreuses reprises.

Vous aussi, vous avez vu passer, voire partagé cette vidéo d’un soi-disant marché chinois qui propose à la consommation toutes sortes d’animaux particulièrement exotiques ? Détrompez-vous, cette vidéo vient d’Indonésie.

De même, une vidéo circule montrant des prétendus cadavres de chinois abandonnés dans la rue… à nouveau c’est faux, c’est une performance artistique ayant eu lieu il y a plusieurs années en Allemagne qui a été recyclée, nous y reviendrons en fin d’article.

Choisissez vos sources :

Pour suivre l’évolution de l’épidémie en temps réel, nous vous conseillons l’excellent travail réalisé par Johns Hopskins, disponible à cette adresse : https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Illustration : capture d’écran de la carte établie par Johns Hopkins

Une recrudescence du racisme anti-asiatique sur les réseaux

Ils sont nombreux, sur les réseaux, à regretter et constater le fait que rarement le racisme anti asiatique a été aussi violent. Chinois, japonais, vietnamiens… l’ensemble de la communauté souffre de « mauvaises blagues », d’insultes, ou de personnes qui refusent tout contact avec eux.

Certains en sont même à lancer un hashtag #JeNeSuisPasUnVirus afin de faire entendre leur voix, et demander à chacun de réfléchir à ses paroles et actes.

Les réseaux sociaux au cœur de la lutte contre les fake news : 

Google, Instagram, Twitter et évidemment Facebook se sont mobilisés pour pouvoir endiguer cette épidémie de fake news qui polluent les réseaux sociaux.

Prenez cet exemple : un internaute tunisien a diffusé la fameuse photo des cadavres qui jonchent le sol (et qui est en fait une performance artistique allemande), avec en légende « La Chine NOW ».

Cette photo a depuis été masquée par Facebook, qui propose à la place une explication :

Soyons vigilants

Il en va de la responsabilité de chacun de contribuer soit à la psychose, soit à l’apaisement. Vérifiez vos sources, encore plus que d’habitude. Ne prenez que les précautions nécessaires, dictées par l’OMS et le ministère de la santé (un masque par exemple, sert à ne pas contaminer les autres quand on est souffrant, pas à se « protéger du virus chinois »). Si chacun fait attention, nous pourrons assainir les réseaux et apaiser le climat de tension, peur et racisme auquel on assiste depuis le début de l’épidémie.

 
Sophie Taïeb

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.