Actualités
|
Publié le 13 Juillet 2015

Naissance d’une ONG amie d’Israël

Cette nouvelle ONG européenne souhaite oeuvrer contre la délégitimation d'Israël.

Sur l’initiative de Corina Eichenberger-Walther, Députée au Parlement fédéral suisse et personnalité éminente de cette assemblée, se sont réunis à Berlin, au Bundestag, dans une très brillante manifestation, les représentants de 19 associations nationales d’amitié avec Israël, dont l’association France-Israël-Alliance général Koenig.
 
Ainsi, en présence de nombreuses personnalités politiques, dont le Président Volker Beck, Député et Président du Groupe parlementaire d’amitié Allemagne-Israël, Monsieur Aviv Shir-On, Directeur général adjoint du Ministère des Affaires étrangères d’Israël, a été créée la « European Alliance for Israël», Organisation Non Gouvernementale,  regroupant 35.000 membres? très majoritairement non juifs, dont une centaine de Parlementaires dans 19 pays, dans le but, par l’accès au statut d’ONG avec voix consultative dans les institutions internationales, d’élever une  voix forte  pour  la défense d’Israël .
 
C’est enfoncer une porte ouverte que de dire que la voix d’une information vraie et  objective  est aujourd’hui étouffée par la désinformation : tout argument, toute vérité  en faveur d’Israël est inaudible, ni entendue ni même écoutée…
 
Cette organisation  nouvelle ne se superpose à aucune structure existante, car non confessionnelle, autrement dit totalement indépendante des institutions juives, totalement indépendante aussi de la Diplomatie israëlienne, tant sur le plan financier qu’idéologique. 
 
La présence en son sein de nombreuses figures politiques à travers l’Europe assure sa crédibilité et son accès privilégié  pour élever la voix là ou le bât blesse.
 
Dans sa réunion constitutive, l’Alliance a considéré comme une priorité, pour la protection des valeurs de la Démocratie et de la Civilisation, en parallèle avec la défense d’Israël,  le traitement des problèmes  suivants :
- L’isolement progressif et notable d’Israël, non seulement concernat les personnalités politiques mais aussi dans des secteurs importants de la société civile en Europe.
- Une inquiétante montée de l’antisémitisme en Europe, déguisée en antisionisme.
- L’intensification des activités du BDS tendant à diaboliser Israël.
 
Il s’agit encore d’œuvrer en faveur de la paix et de la coexistence, par la propagation d’une information objective, dépolluée de haine.
 
Les pays suivants sont représentés au sein de l’Alliance : l’Autriche,la Belgique, la République tchèque, le Danemark, l’Angleterre, la Finlande, la France,  l’Allemagne, la Hongrie, l’Italie, l’Irlande, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal, la Roumanie,  la Serbie, l’Espagne, la Suède, et la Suisse.
 
L’association suisse, et sa Présidente, Corina Eichenberger-Walther, sont à l’origine du projet et l’ont porté  à la constitution. L’association France-Israël a activement participé au travail préparatoire européen. Elle est représentée par Maître Charles Meyer, son vice-Président éxécutif,  élu vice-Président de l’Alliance à côté  de la Présidente Eichenberger.
 
Plusieurs actions ont été immédiatement entreprises :
- une intervention  conjointe dans les 19 pays auprès des Fédérations de Football  et de la FIFA, contre la tentative , qui a échouée, de voir l’association israëlienne de football exclue de la FIFA.
- une intervention auprès du Vatican par un courrier adressé au Pape et remis dans les nonciatures, à propos de la reconnaissance unilatérale par l’Eglise d’un etat palestinien.
- la remise d’un dossier  au Conseil des Droits de l’Homme à propos du rapport  partial sur la violation du Droit de la guerre à Gaza.
 
La Présidente  Eichenberger-Walther ainsi que le Conseil d’administration qui l’entoure affichent une détermination sans faille pour étendre l’influence  de l’Alliance au sein  de l’Union Européenne et du Conseil de l’Europe et contrecarrer ainsi le dessein des détracteurs d’Israël.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.