A lire, à voir, à écouter
|
Publié le 10 Mai 2013

Jeannette Bougrab parlera de la « laïcité moribonde » dans le cadre des conférences de France-Israël

 

Par Hélène Keller-Lind

 

Ce sera à coup sûr une conférence exceptionnelle que donnera Jeannette Bougrab invitée par France-Israël à évoquer le 21 mai prochain « la laïcité moribonde ». Exceptionnelle de par la personnalité et le parcours exemplaires de celle qui prit des positions courageuses, notamment lorsqu'elle était présidente de la HALDE lors de l'affaire de la crèche Baby Loup, ou Secrétaire d’État ou encore avec son ouvrage « Ma République se meurt » publié en janvier dernier chez Grasset. Elle apporte un éclairage pertinent et salvateur, mais trop rarement entendu, sur l'état de la France.

 

Parcours peu banal, en effet, de cette fille de harki qui dit clairement que le fait que son père soit analphabète ou qu'elle ait grandi dans un milieu ouvrier ne l'a pas empêchée d'avoir la carrière qui est la sienne. Docteur en Droit, universitaire, maître de requêtes au Conseil d’État, Présidente de la HALDE - Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité-, elle a été Secrétaire d’État sous Nicolas Sarkozy. Et connu, à ce titre, le pouvoir de l'intérieur. Ce qui lui permet d'en parler aujourd'hui de manière très pertinente.

 

Fille de musulmans mais athée elle se bat passionnément pour que soient sauvegardées les valeurs de la République auxquelles elle est particulièrement attachée. Et qui sont, dit-elle, désormais menacées, comme elle le détaille dans son ouvrage « Ma République se meurt », publié chez Grasset en janvier 2013. Ouvrage qu'elle présentera lors de la conférence. Elle y évoque institutions et principes de base face aux inégalités et discriminations, les menaces du communautarisme religieux, les dangers auxquels sont confrontées la laïcité, l'école et l'armée.

 

En mars dernier elle déplorait la décision de la Cour de cassation qui venait d'annuler le licenciement par la crèche Baby Loup d'une de ses employées qui avait décidé un jour de porter le voile. Lorsqu'elle était présidente de la HALDE Jeannette Bougrab avait apporté son soutien à la direction de cette crèche et, présente lors du rendu de la décision de la Cour, elle déplorait un jugement qu'elle jugeait aller à l'encontre du principe de laïcité.

 

À propos des commémorations à la mémoire des victimes du terroriste Merah en mars dernier, dans une tribune publiée par le JDD, http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Bougrab-Attention-a-ne-pas-trop-en-faire-autour-de-Merah-tribune-596666, bien que les jugeant légitimes, elle mettait en garde contre des « commémorations à répétition », car, disait-elle, « il ne faut jamais oublier que Mohamed Merah a, malheureusement, des "supporters" en France ». Ajoutant « ces gestes n'effacent pas les fautes graves d'une société qui pratique la politique de l'autruche depuis des décennies ».

 

Dans cette même tribune elle écrit « j'attends avec impatience de voir des musulmans français descendre dans les rues pour manifester contre les crimes d'honneur, les viols dans les Émirats arabes, l'attaque contre la petite Malala au Pakistan », mais rend également hommage à « la mère du soldat Imad Ibn Ziaten, assassiné par Merah, qui avec son voile et sa foi musulmane se bat contre les intégrismes, va faire la leçon aux jeunes dans les cités ». Hommage suivi de ce commentaire : « mais je la trouve bien seule sur la photographie des commémorations ».

 

On pourrait sans doute en dire de même d'elle, car trop peu de voix se joignent à la sienne dans son combat pour la République. Une femme à entendre. Une femme à lire. Une femme à citer.

 

Conférence de Jeannette Bougrab, France-Israël, mardi 21 mai, 20h30, Salon Amphi Peirere, 100 Boulevard Pereire Paris XVII. PAF 15 €, membre 12 €, couple-membre 20 €. Nombre de places limitées, réservation demandée : contact@france-israel.org, Tél. 01.47.20.79.50

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.