A lire, à voir, à écouter
|
Publié le 13 Février 2014

Les Juifs de Tunisie sous la botte allemande - chronique d'un drame méconnu, par Jean-Pierre Allali (*)

L'occupation de la Tunisie par les troupes allemandes pendant six mois, de novembre 1942 à mai 1943, est une page méconnue de l'histoire du vingtième siècle. S'il existe quelques ouvrages traitant du sujet, ils sont épuisés ou introuvables. C'est pourquoi le livre de Jean-Pierre Allali vient à point nommé pour que cette période qui fut si sombre pour la communauté juive du pays ne soit pas oubliée.

Dans les années quarante, la communauté juive, installée en Tunisie depuis des millénaires, est au sommet de sa croissance démographique : plus de cent mille âmes. L'occupation du pays par les troupes du Reich va la surprendre de plein fouet. Très vite, l'horreur s'installe : travail forcé pour des milliers de jeunes, amendes exorbitantes, extorsions de biens, pillages, occupations de logements, assassinats et déportations.

 

Jean-Pierre Allali a, entre autres, recueilli le témoignage de cinquante-six personnes de toutes origines ( Juifs touansas et granas, français ou tunisiens et même britanniques) et de toutes conditions ( milieux bourgeois, intellectuels ou ouvriers), nées entre 1919 et 1939. À ces contributions essentielles de ceux qui sont en somme les « derniers témoins », s'ajoute un travail historique de qualité qui permet d'avoir une vision quasi exhaustive de la situation qu'ont dû affronter à l'époque les Juifs de Tunisie.

 

Parmi les chapitres édifiants de l'ouvrage : un portrait de l'amiral Estéva, résident général de France, une étude sur l'attitude des autorités beylicales, des personnalités et de la population arabes ou encore une relation de la tragédie de la famille Scemla, un père et ses deux fils déportés en Allemagne et qui seront guillotinés après un simulacre de procès.

 

Sans oublier l'histoire du « Juste parmi les nations », Richard Abel, soldat allemand qui sauva un groupe de Juifs de la mort, celle de la résistante Louise Hanon ou les destinées étonnantes de héros militaires juifs de Tunisie comme René Kisraoui ou Max Guedj.

 

On trouvera également dans l'ouvrage un florilège de textes relatifs à l'occupation allemande de la Tunisie répertoriés dans des dizaines de romans, des listes nominatives édifiantes de blessés , de tués et de déportés ainsi qu'une riche bibliographie.

 

Dans sa préface, Élie Wiesel, prix Nobel de la paix qui fut, on le sait, déporté à Auschwitz-Birkenau et à Buchenwald, écrit : « Ce livre est une contribution importante à l'histoire du vingtième siècle ».

 

Un ouvrage tout simplement remarquable.

 

Guy Fellous

 

(*) Éditions Glyphe. Janvier 2014. Préface d'Élie Wiesel. 336 pages. 22 euros.

 

CRIF

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.