A lire, à voir, à écouter
|
Publié le 30 Décembre 2015

Tarédant, par Ami Bouganim (*)

Un travail d'orfèvre du « conteur des mille et une conneries ».

Une recension de Jean-Pierre Allali
 
Né en 1951 à Essaouira, l'ancienne Mogador, au Maroc, l'écrivain israélien Ami Bouganim est un spécialiste des biographies de personnalités (1). Parallèlement, au fil des ans, il s'est imposé comme le conteur de référence du judaïsme marocain. Après « Le temps du Mellah » (2), il nous a régalés avec, notamment, « Le rire de Dieu » (3), « Le charmeur de mouettes », « Asher le devin » (4) ou encore « L'arbre à vœux » (5).
 
Sa nouvelle production, « Tarédant », nous conduit à la rencontre des habitants d'une bourgade du Sud marocain, une presqu'île neurasthénique et tohubohuesque, hypocondriaque, mégalomane et paranoïaque, balayée par les vents et qui se considère comme la capitale universelle des proverbes. Et si Ami Bouganim a choisi le ton de la satire et du persiflage pour nous présenter ses habitants, les Rédanais, « sardines sans écailles », « victimes d'une mania-dépression collective bimillénaire », tout à la fois géniaux et burlesques, qui se prennent pour le centre du monde, la nostalgie et la poésie ne manquent pas d'être au rendez-vous.
 
Voici Bento Prado dit Brave-Vent, président de la communauté juive, personnage central du récit et sa dulcinée, Rachel, de la lignée des Abravanel, Trône-Vent , Bouganim dit Fils-du-Serpent et ses successeurs numérotés, Pain-de-Sucre alias Rosilio le Baudelairien qui sera plus tard Limace-des-Encres. Voici encore Croule-Ciel, Léon-le-chat, roi du sésame, Élisha- l'Hermaphrodite et son ami français Grazenard, de la Résidence,  Lilo-le-Funambule, Saumon-le-Maçon, Warse-le-Fourbe, Gobe-Scarabées, Branle-Sexe alias Sans-Sexe alias Sans-Bras qui deviendra Sans-Langue et même Sans-Rienpour finir Sans-Scrupule, Semeur-de-Rage, Brouille-Marmaille, Bendhak dit Rire-Pleur, Peau-de-Bouse, Mâche-Sable, La Corbeille, Vend-sa-Mère et son cousin Semeur-de-Merde, Semeur-de-Rage, Avner-le-Pêcheur, Élisha Ben Zoma, Tête-Brouillée , Trogne-de-Ver, Crotte-de-Chèvre, Poids-Plume et Pointe-de-Plume, son enfant le plus intelligent et le plus raté, Rase-Mottes, Porte-Plume Cohen Scali, Armoire-à-Livres, Pot-aux-Roses,  et quelques autres encore, tous ou presque des cosinus incestueux.
 
Et, pour ce qui est des éclopés et autres aliénés du coin et de leurs soignants, voici Foie-Gras, Cœur-de-Calibre et son fils, Esprit-de-Sel, Peau-de-Javelle et Œil -de-Cocon, Double-Nez et Pieds-Tournés, Courte-Paille, Sarah-la-Guérisseuse, Léa-la-Sage,  Dina-la-Sorcière, Simon-le-Rebouteux et le colonial docteur Bouvret.
 
Sans oublier Rabbi Menkor XIV, gardien du tombeau de Rabbi Zéra Menkor Zal initiateur du menkorisme, son successeur, Menkor XV Madame Garcia, tenancière de la maison close du coin, Sol-la-Pondeuse et ses huit bâtards, la ravissante Sonia dite Sonia-la-Belle, dont Sigmund Freud, de passage à Tarédant, tombera amoureux, et la belle Rose-des-Vents, fille de Brave-Vent surnommée La Fanfarlo. (On ne pouvait s'exposer au vent de Tarédant et ne pas acquérir la science des surnoms) Et les sultans et pachas locaux, les vizirs, grands ou petits et autres potentats marocains. Tout une cohorte de mendiants sourds et aveugles, de ménestrels gnaouas, de charmeurs de serpents, de dresseurs de singes, d'avaleurs de sabres, de barbiers poseurs de ventouses et de conteurs illuminés.
 
Et quand Tarédant fait face à quelque malheur, pénurie de moutarde, invasion de puces, de mouches tsé-tsé , de crabes ou de sauterelles, dysenterie généralisée, tuberculose du cerveau, hordes de chacals, attaques maritimes ou terrestres...chacun, selon sa foi, participe à un service religieux, les Juifs se tambourinant la poitrine de leurs poings, les Musulmans se flagellant leu dos de lanières de cuir, le curé se traînant sur les genoux devant le porche de son église et les mécréants riant aux éclats. Ou encore, on brûlait de l'encens en suspendant des gousses d'ail aux fenêtres.
 
Dans le deuxième volume dont l'action se déroule quelques années plus tard, on retrouve les mêmes personnages avec de nouveaux venus : .Haut-Parleur, crieur public , Barbe-Bleue, candidat à la conversion au judaïsme, Mort-Vent alias Fils-du-Serpent III, Pince-sans-Rire, Gland-de-Chèvre, Taras-Bulba, Peau-de-Chagrin et Peau-de-Banane, Lambert dit Tourne-Vice et Mira-l'Hôtelière, Passe-Malheur, Morve-Morve, Albimoche, Huang-lung, Homère, le roi de la sandale, Little-Crook, consul honoraire d'Angleterre, Branle-Bas, officier français descendant putatif de Marcel Proust , Trouble-Cieux, le sergent Jean Dubois, des brigades sanitaires coloniales, Cornes-de-Saint, Planche-à-Repasser, Léon-l'Aveugle, Gratte-Papier, Esprit-de-Poivre et même Mangeclous, celui-là même qui inspirera plus tard le grand Albert Cohen.
 
Après une absence de plusieurs années, Brave-Vent que l'on croyait mort retourne au pays. Son arrivée coïncide avec l'émergence du sionisme marocain qui provoque quelques frictions. Ce «  sionisme qui menaçait de résilier dix-huit siècles d'entente judéo-arabo-berbère et de ruiner un exil prometteur de génie et de talent ». La « sionite » de certains est montrée du doigt et la phrase « Je suis un sioniste » considérée comme une injure voire un crime. Les Rédanais n'épargnent pas non plus « l'odieuse Alliance Israélite Universelle », une « Alliance piteusement israélite et prétentieusement universelle ». « Tarédant résistait vaillamment au colonialisme pédagogique de la puissante institution philanthropique ». Au fil des jours, Tarédant n'en finit pas de vivre des scandales. C'est ainsi que la belle Sonia, pourtant élevée dans les meilleures conditions, avec des préceptrices réputées comme Mesdames Green, Courbet, Séror et Brami, se transforma en « prostituée secondaire » en se baignant toute nue dans un véritable bordel érigé sur le sable de la plage locale et en plein sirocco.
 
La chronique de Tarédant prend fin dans les années trente alors que Brave-Vent rend l'âme, que Menkor XVI, ancien chef des bedeaux, succède à Menkor XV qui n'a pu ressusciter qu'une fois et qu'Hitler, dit Crache-Haine parvient au pouvoir en Allemagne. Les Rédanais pourtant férus de philosophie en viennent à détester Heidegger jusqu'ici considéré comme un grand menkorien.
 
Iconoclaste et jubilatoire. Du Bouganim pur jus. Un travail d'orfèvre du « conteur des mille et une conneries ». Très sympathique.
 
Notes : 
(*) Deux volumes. Volume 1 : « À bout d'exil ». 2014. 208 pages. 18,95 euros. Volume 2 : « Sous protectorat ». 2015. 272 pages. 20,95 euros. Éditions Avant-Propos.
(1) On lui doit : « Ah'ad ha-Am, l'amant de Sion » ( Éditions du Nadir, 1997), « A.D. Gordon. Le visionnaire de la vie » (Éditions du Nadir, 1997), « Maïmonide. Le rabbin philosophe » ( Éditions du Nadir, 1998), « Franz Rosenzweig, le chantre de la diaspora » (Éditions du Nadir, 1998), Theodor Herzl, le dernier Messie » (Éditions du Nadir, 1998), « Yeshayahou Leibowitz, le retour du Saducéen » (Éditions du Nadir, 1999), « Léo Strauss, Athènes et Jérusalem » (Éditions du Nadir, 1999), « Le testament de Spinoza » (Éditions du Nadir, 2000), « J.Soloveitchik, le maître de Boston » (Éditions du Nadir, 2001), « H. Cohen, le maître de Marbourg » (Éditions du Nadir, 2001) et « Walter Benjamin, le rêve de vivre » (Éditions Albin Michel, 2007.
(2) Éditions J.C. Lattès, 1981
 
 
 
CRIF

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.