Blog du Crif - La musique comme vecteur d’espoir face à la barbarie

19 Avril 2019 | 95 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Actualité
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

Pages

La musique fait écho en nous et nous interpelle comme une lueur qui se transmet à chaque instant, comme les battements d’un cœur universel. Comme un langage à part entière elle parle d’un passé, d’un présent, d’un futur imaginé.

Elle a cette force de nous interpeller, nous faire vibrer, nous remettre en question parfois et de nous apprendre par moment notre histoire personnelle ou collective.

C’est pour toutes ces raisons que je salue l’initiative de la Philharmonie de Paris dont l’orchestre, ainsi que le chœur d’enfants de l’orchestre de Paris, interprèteront à deux reprises l’Opéra  « Brundibar » sous la direction de Lionel Sow et dans une mise en scène d’Olivier Letellier. Le concert est proposé aux publics scolaires le 9 mai et également ouvert au grand public le 8 mai.

L’Opéra Brundibar, composé par Hans Krasa le 23 Septembre 1943, prisonnier à Terezin, est un exemple de parenthèse de vie dans le cauchemar du camp nazi de Tchécoslovaquie.

Dans ce camp de transit furent déportés des dizaines de milliers de juifs avant d’être conduit vers Auschwitz ou ailleurs.

Cet Opéra raconte l’histoire de deux enfants en quête d’argent pour acheter le lait nécessaire aux soins de leur mère malade et qui sont confrontés au diabolique joueur d’orgue d’harmonie Brundibar, personnage représentant Adolf Hitler. Ils parviendront malgré tout à triompher. Les chansons de cet Opéra incarnent l’espoir face à la barbarie nazie.

Delphine Kessous

Informations et réservations : 

Concerts ouverts au public : https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/opera/19031-brundibar-hans-krasa

Concerts ouverts aux publics scolaires : https://philharmoniedeparis.fr/fr/scolaires-enseignants/19034-brundibar

Découvrez le site Internet de la Philharmonie de Paris