Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - La Dernière Rumeur du juste ?, par Malka Marcovich

29 Juillet 2020 | 103 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

 

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pages

La dernière rumeur du Juste ? Le miracle éditorial du Dernier des Justes d’André Schwarz-Bart, par Malka Marcovich (*)

 

C’est un petit livre, mais quel souffle ! L’auteur nous offre une véritable enquête sur ce qui fut, à l’époque, un événement aussi extraordinaire qu’inattendu. « Un moment unique dans l’histoire éditoriale de notre pays » qui « se situe à la convergence d’un ensemble de phénomènes ». Alors que la France s’enfonce dans la Guerre d’Algérie, que le général de Gaulle revient en force à la tête du pays, que le Vatican s’apprête à mettre fin à l’enseignement du mépris, que la guerre froide oppose les USA à l’URSS, que le Tibet se soulève contre la Chine laquelle rompt avec les Soviétiques, que Fidel Castro prend la tête de Cuba, que des émeutes sanglantes éclatent en Outre-Mer et que le Marché Commun est lancé, un inconnu dans le monde des lettres obtient le prix le plus convoité, le Prix Goncourt.

Fils d’immigrés polonais, André Schwarz-Bart est né en 1928 à Metz. A onze ans, il gagne sa vie comme mousse sur un chalutier à Oléron. Très jeune, il a rejoint le Maquis et combattu dans les Forces Françaises de l’Intérieur. Ses parents, et ses trois frères et sœurs ont été déportés en 1942. À la Libération, il va vivre de petits boulots. Il est débardeur aux Halles et ouvrier en usine. Courageusement, il reprendra ses études depuis la classe de 6ème avant de s’inscrire en Sorbonne. Et de se lancer dans l’écriture. Son roman « Le Dernier des Justes » sera refusé par divers éditeurs et c’est Le Seuil, « petite maison d’édition honorable et reconnue », dirigée par un groupe de « Chrétiens de gauche » qui relève le défi et accepte de publier le roman. Des mauvaises langues auront beau accuser André Schwarz-Bart de plagiat. Rien n’y fera. La machine est lancée. Le jury, par sept voix contre trois, lui attribue le prix tant convoité le lundi 16 novembre et, le 7 décembre 1959, c’est la remise officielle du Prix Goncourt.

On parle de « Coup d’État du Goncourt » ! Du jour au lendemain, les ventes explosent. 222 000 exemplaires rapidement écoulés et 28 millions de francs de royalties pour l’heureux lauréat ! Malgré les jaloux et les envieux, les mauvais coucheurs et les persifleurs. L’auteur, qui se trouve en déplacement au Luxembourg quand il apprend la nouvelle. Il sera prié de sa cacher jusqu’au 7 décembre.. Malka Marcovich décortique, pour notre plus grand bonheur les moments clés de cette attribution pour le moins mouvementée. On apprend à la lire, beaucoup de choses.

Plus tard, André Schwarz-Bart rencontrera Simone Brumant, une Guadeloupéenne, qu’il épousera. Ensemble, ils écriront « Un plat de porc aux bananes vertes ». Ils auront un fils, Jean-Jacques, qui deviendra un saxophoniste réputé. En fin de volume, l’auteur nous offre des extraites saisissants de l’émission « Cinq colonnes à la Une » du 3 février 1967 animée par Pierre Desgraupes. Très sympathique.

 

Jean-Pierre Allali

 (*) Autoédition. Février 2020. 96 pages. 12 €.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.