#Opinion - Comment ne pas faire le rapprochement avec l’assassinat de Mme Sarah Halimi ? Par Marc Lévy, délégué du Crif en Israël

13 Septembre 2017 | 266 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens et délégué du Crif en Israel

Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 septembre à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée dimanche par le CRIF et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

« Séparation du Crif et de l’Etat » : voici la dernière nouveauté de la « cause palestinienne ». Amalgamant à tout va Israël, sa politique, les juifs, et les institutions françaises, ces pantins ont appelé à un rassemblement samedi dernier, avec des slogans antisémites et anti républicains.

Malgré la mobilisation de personnalités politiques (Nathalie Kosciuzko-Morizet, Claude Goasguen et Anne Hidalgo), associatives (le Président du Crif Francis Kalifat a notamment écrit au Préfet et au Premier Ministre), et de nombreux internautes, la Préfecture de Paris a décidé d’autoriser ce rassemblement, sous haute protection policière.

Nous nous sommes rendus sur place.

 

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Il y a 11 ans, un jeune juif du nom dIIlan Halimi, était enlevé, torturé et assassiné.

Billet d'humeur par Marc Knobel

Pages

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens et délégué du Crif en Israel

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens

 

A Cannes, en aout 1984 un jeune homme de 20 ans, Reynald Leykens tuait sa logeuse, Mme Henriette Cerf.

Dans le studio que lui avait loué la victime, les policiers avaient retrouvé une collection d'armes blanches et des photographies faisant l'apologie de l'Allemagne nazie.

Une première fois il était venue pour la tuer, mais elle lui avait offert un jus de fruit et il n’avait pas eu « le cœur » de la tuer . Quelques jours plus tard il s’était ressaisi et l’avait dardé d’une vingtaine de coups de poignard alors qu’elle se débattait courageusement !

Comment ne pas faire le rapprochement avec l’assassinat de Mme Sarah Halimi ?

Kobili Traoré, connaissait également sa victime dont il était le voisin . Il l’avait traitée de « sale juive » et elle le craignait terriblement. Pour la tuer il est passé par le balcon de ses voisins pour rejoindre le balcon  de Sarah Halimi. Il l’a roué de coups durant de longues minutes, et comme Madame Cerf, elle a tenté de se défendre avant d’être défenestrée.

Lui aussi a agi pour des raisons « idéologiques » : avant de passer à l’action  il récite des sourates du Coran , il hurle «Allah Akbar» et après les faits il crie  «J’ai tué le sheitan» (démon, en arabe).

Reynald Leykens a été condamné pour assassinat par la Cour d’Assise des Alpes maritimes et la recevabilité de la LICRA comme partie civile n’a pas été discutée tant le caractère antisémite du crime était patent.

En quoi le caractère antisémite de l‘assassinat de Mme Halimi ne le serait-il pas ?

 

Marc Lévy

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.