Actualités
|
Publié le 8 Avril 2021

Actualités des régions - Le Crif Marseille-Provence commémore Yom HaShoah 2021

Le mercredi 7 avril, le Crif Marseille-Provence a organisé une cérémonie commémorative à l'occasion de Yom HaShoah 2021. Voici quelques lignes de Gérald Attali et de Sandra Amar, Commission Mémoire du Crif Marseille-Provence, accompagnées de la vidéo de la cérémonie.

La mémoire a besoin de rites, de coutumes, de pratiques qui installent comme des formes civiles de religiosité, comme celles qui nous rassemblent ce soir pour Yom Hashoah. Néanmoins, il ne faut pas oublier que  ces rituels ne disent pas seulement notre volonté de nous soumettre à une tradition, ils témoignent  aussi de notre attachement à des valeurs et, parmi ces valeurs, la lutte contre l’oubli est un impératif.  Les auteurs du génocide n’ont-ils pas voulu effacer à tout prix toutes les traces de leur crime ? Se souvenir, encore et toujours, demeure d’autant plus nécessaire que le négationnisme, loin de diminuer, s’est encore accru en prenant des formes nouvelles. 

L’organisation de cette commémoration a été rendue possible grâce à la coopération autour du Crif  Marseille-Provence, de quelques partenaires auxquels nous adressons tous nos remerciements : le consistoire israélite de Marseille, le FSJU, le comité français pour Yad Vashem, l’AFMA et l’Amicale des déportés d’Auschwitz.  Nous tenons aussi à remercier tout particulièrement le grand rabbin de Marseille, Rav Réouven Ohana, qui a accepté de participer à cette cérémonie. Enfin, je veux saluer les écoles et les établissements qui, dans le contexte de crise sanitaire, ont accepté de participer à cette commémoration sous la forme que nous lui donnons cette année encore et, je l’espère pour la dernière fois. 

Nous avons commencé cette cérémonie à l’unisson de tout Israël par une minute de silence, parce que ce pays, Israël, et avec lui, tout le peuple juif, en Israël et dans la diaspora, a décidé depuis 1951 de suspendre toute activité pendant une minute en hommage à la mémoire de 6 millions de Juifs victimes de la barbarie nazie. 

Il nous faut comprendre ce que cette journée du souvenir représente encore aujourd’hui pour vous qui vous rassemblez plus de 75 ans après la fin de la guerre derrière un  écran pour cet acte de communion collective qu’est Yom Hashoah. Mais à qui donner la parole, alors que nous sommes entrés dans une époque où la plupart des témoins ont disparu ou sont en train de disparaître. Les commémorations à venir devront se passer de témoins. Néanmoins, la  plupart des témoins aujourd’hui disparus, ont fait de gros efforts pour assurer une transmission à des chercheurs, à des élèves, mais d’abord à leurs proches. C’est à eux que nous avons souhaité donner la  parole en interrogeant des adultes dont l’histoire personnelle est encore aujourd’hui profondément marquée par la présence de la Shoah. Il nous fallait montrer combien cette transmission d’une génération à l’autre, des témoins à leurs enfants et aujourd’hui à leurs petits-enfants, était importante, c’est pourquoi nous avons souhaité donner aussi la parole à un adolescent. 

La cérémonie se termine avec l’intervention et la prière de Monsieur le Grand Rabbin.

Présentation de nos témoins

Yvonne Salamon

Le docteur Yvonne Salamon habite Marseille, elle est de confession juive et est psychiatre à la retraite  depuis peu. Elle est le 3ème enfant d’Hélène et Nathan Salamon. Sa maman était à la fois : juive  polonaise, épouse, mère de deux enfants Georges 11 ans et Maguy 5 ans, qu’elle a caché pour les  protéger à l’approche des nazis. 

Arrivée des allemands sur Marseille, tampon Juif sur les papiers, quand on interdit à Hélène d’exercer  sa profession de sage femme, elle décide de rentrer en résistance en 1943. C’est à ce titre qu’elle est  arrêtée le 10 février 1944, emprisonnée, interrogée, torturée puis enfin déportée dans le camp de  concentration de Bergen Belsen comme beaucoup de résistants et de juifs mais à la différence … elle  était enceinte de 4 mois d’une petite fille, Yvonne. L’histoire de cette naissance incroyable et  improbable a été mise en lumière grâce au témoignage dans « Human » de Francine Christophe,  déportée elle aussi avec sa maman à Bergen Belsen à l’âge de 8 ans. 

Depuis peu, Yvonne a prit sa retraite afin d’écrire l’histoire de sa maman, est ainsi né un livre :  « Je suis née à Bergen Belsen » co-écrit avec Frédérique Agnès édité chez Plon. Un magnifique  témoignage à deux voix, Hélène et Yvonne, une alternance de chapitres écrits à la 1ère personne.

Martine Freling Laugier et Jessica Mercier

Martine et Jessica sont respectivement la fille et la petite fille de Suzanne Laugier, née Cohen en Bulgarie et arrivée à Marseille en 1919 à l’âge d’un an. 

Sur dénonciation d’un ami de la famille, Suzy a été déportée à l’âge de 26 ans à Auschwitz en mai 1944 avec son fiancé Roger Cohen. Elle deviendra le matricule A5482. Sa « chance » dans cet enfer a  été d’être affectée aux cuisines pendant plusieurs mois. A la fin de la guerre en 1945, pesant tout juste 27 kg et ayant vécu les marches de la mort, elle sera libérée par l’Armée rouge et rentre seule  retrouvée sa famille cachée près de Marseille. Son fiancé Roger n’ayant pas survécu. 

Elle nous a quitté à l’âge de 101 ans le 16 février 2020

Suzy n’a jamais été dans le milieu des associations de déportés, ni dans les commémorations, ni dans  les écoles. Elle s’est faite discrète et a vécu sa vie d’épouse auprès de votre papa Joseph Laugier et de  ses enfants. 

Néo Verriest

Néo réalise un incroyable travail de mémoire depuis l’âge de 14 ans et ce avec beaucoup de maturité. Il est lycéen à Toulon en classe de terminale. En près de deux ans, il a réalisé plus de 80 témoignages de rescapés de la Shoah : déportés, enfants cachés, justes et résistants. Il a ainsi sillonné plusieurs départements limitrophes de Toulon, réalisé de nombreuses interviews, lié de très fortes amitiés,  photographié et mis en mots leurs témoignages. Il a aussi dit adieu à certains de ces témoins qui lui ont confié leurs souvenirs, leur parcours, leur histoire individuelle embarquée dans la grande histoire. Sa  foi a été d’un grand secours pour lui apporter du réconfort dans ces épreuves.

Revivez la cérémonie organisée par le Crif Marseille-Provence

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.