Lu dans la presse
|
Publié le 5 Février 2019

Europe - Grande-Bretagne : le Labour exige de ses chefs des résultats contre l’antisémitisme

Les membres du Parti travailliste britannique (Labour) ont unanimement adopté lundi une motion exhortant leurs leaders à fournir par écrit des informations détaillées sur le traitement des plaintes relatives à l’antisémitisme, certains députés accusant des hauts responsables d'en dissimuler le nombre.

Publié le 5 février sur le site de i24news

La résolution, votée lors de la réunion hebdomadaire du Parti travailliste à la Chambre basse, a provoqué une série de querelles internes.

La motion appelle "les dirigeants à lutter de manière appropriée contre tout signe d'antisémitisme, le manquement à cette obligation risquant sérieusement de porter préjudice au parti qui pourrait paraître institutionnellement antisémite".

Le texte "adresse des questions tout à fait raisonnables aux leaders", a écrit Luciana Berger, membre du Labour de confession juive, dans une tribune publiée lundi dans le Times.

"Quel est le nombre réel de cas d'antisémitisme qui ont été traités? Où en est le processus disciplinaire pour chaque dossier? Combien d'employés y travaillent? Quelles organisations juives ont été consultées?", telles sont les questions posées aux responsables selon Mme Berger.

La motion demande également aux chefs du parti "de s’engager sur un calendrier pour la publication d’un code de conduite tant attendu sur l’antisémitisme", tandis que nous avons le sentiment "de reculer dans la lutte contre ce fléau au sein du Labour", selon elle.

Lors de la réunion hebdomadaire, les députées Margaret Hodge, Ruth Smeeth et Catherine McKinnell, entre autres, ont par ailleurs accusé la secrétaire générale, Jennie Formby, d'avoir "dissimulé" les chiffres des plaintes enregistrées par les institutions du parti sur les abus et les menaces antisémites.

En fin de meeting, Mme Hodge a affirmé à des journalistes que "la résolution a été unanimement adoptée par le Parti travailliste, mais la secrétaire générale a indiqué qu’elle n’était pas prête à fournir les informations requises par la résolution", a rapporté le quotidien The Guardian.

"Si vous voulez vous débarrasser du cancer de l'antisémitisme au sein du Parti travailliste, vous devez avoir une transparence totale. Elle (Formby) a refusé de le faire. Son message n'était pas clair", a estimé Hodge selon le journal britannique.

Préalablement à la réunion, la secrétaire générale du Labour a reconnu "l'existence d'un problème mais a précisé que des progrès avaient été accomplis", dans un communiqué.

"J'ai pu constater de visu que nos procédures de réclamation et de règlement de différends n'étaient pas adaptées, face à des affaires de longue date qui n'avaient pas encore été traitées, parallèlement à de nouveaux dossiers, en particulier concernant des expressions antisémites épouvantables et des théories de complot publiées sur les réseaux sociaux", a-t-elle ajouté.

Elu chef du Parti travailliste britannique, l'image de l'eurosceptique Jeremy Corbyn a été ternie par plusieurs affaires d'antisémitisme au sein de son parti, qu'il est accusé de ne pas avoir suffisamment combattu.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.