Lu dans la presse
|
Publié le 27 Mai 2020

Monde - Coronavirus: l’extrême droite américaine poussée sur le devant de la scène par l’épidémie

À la faveur des manifestations anticonfinement, sont apparus divers groupes extrémistes.

Publié le 24 mai dans Le Figaro

L’épidémie de Covid-19 a permis à la mouvance d’extrême droite américaine d’étendre son champ d’action. L’atmosphère politique, déjà très polarisée ces dernières années, a vu se propager à la faveur de la crise sanitaire des idées extrémistes potentiellement violentes. Dans la confusion liée à la pandémie, sur fond de rumeurs et de théories complotistes circulant dans le grand fourre-tout d’internet, sont venus s’agréger des messages politiques longtemps cantonnés en marge de la politique américaine.

Les manifestations, qui se sont multipliées ces dernières semaines pour protester contre la quarantaine décidée par les gouverneurs, ont révélé de nombreux liens avec des groupes ou des individus appartenant à des organisations d’extrême droite. Dans une trentaine d’États, ces rassemblements de quelques centaines ou quelques milliers de personnes, souvent armés de fusils automatiques et affublés d’équipements paramilitaires, réclamaient la levée de mesures présentées comme liberticides. Ces mouvements ont eu un grand retentissement médiatique. Dans certains lieux, comme dans le Michigan, ces manifestants ont même pénétré en armes dans le Capitole pendant une séance parlementaire.

Dans plusieurs cas, les appels à manifester lancés sur Facebook émanaient d’individus liés à des franges plus extrémistes. L’une des organisations antiquarantaine, American Revolution 2.0, se présente comme un rassemblement de citoyens en colère, dans la lignée du mouvement du Tea Party. Mais son fondateur, Josh Ellis, un entrepreneur de Chicago, entretient des liens avec des activistes notoires, notamment avec le mouvement des Three Percent, groupe paramilitaire d’extrême droite, ainsi baptisé en souvenir des 3 % d’Américains à avoir pris les armes contre la couronne britannique au début de la guerre d’Indépendance au XVIIIe siècle.

Théories du complot

Une fratrie du Minnesota - Aaron, Chris, Ben et Matt Dorr - a aussi été à l’origine de plus d’une dizaine de manifestations dans plusieurs États. Ces frères Dalton du militantisme viennent de la frange extrême des activistes pro-armes, considérant la National Rifle Association comme trop tiède. Ils ont utilisé leurs réseaux pour mobiliser contre les mesures de quarantaine.

Le phénomène de capillarité entre les militants d’extrême droite et d’autres mouvements a été favorisé depuis quelques années par le développement et la dissémination de théories du complot dans de larges pans de la société américaine. L’une des dernières en date, celle de QAnon, s’est répandue depuis deux ans de façon virale. Selon des messages cryptiques apparus sur des forums internet et signés par un prétendu membre d’un réseau clandestin de résistance au sein de l’appareil d’État américain, Trump serait en lutte contre l’«État profond» décidé à l’abattre.

La crise sanitaire et économique déclenchée par l’épidémie de Covid-19 a vu proliférer des thématiques nouvelles, où se mêlent, dans un tourbillon vertigineux, croyances antivaccins et activisme contre la quarantaine, propagande antichinoise, et théories du complot désignant Bill Gates comme le responsable de l’épidémie. Sur ce terrain propice, des thématiques racistes et violentes ont proliféré, profitant des frontières désormais poreuses, qui voient glisser des thématiques d’un groupe à l’autre, passant des milieux libertariens, survivalistes ou pro-armes, à des mouvances aux objectifs politiques plus dangereux.

Ampleur nouvelle

Le Boogaloo en est un exemple. Apparu courant 2018 sur les réseaux sociaux, le terme est à l’origine une plaisanterie intraduisible faisant référence à un film de break-dance des années 1980: Breakin’ 2: Electric Boogaloo. Utilisée pour désigner une situation chaotique, l’expression est devenue, dans un premier temps, un ralliement des militants pro-armes. Persuadés que le gouvernement fédéral et les libéraux conspirent pour leur confisquer leurs armes à feu, ces militants promettent un Boogaloo, un soulèvement armé pour s’opposer à des mesures de contrôle. Repris sur des tee-shirts et des autocollants, l’expression semi-humoristique a été récupérée par des milieux d’extrême droite plus idéologiques.

Une mouvance appelée «suprémacistes-accélérationnistes», dont les membres sont persuadés qu’une guerre raciale est inévitable, ainsi que souhaitable, veut accélérer son déclenchement en commettant des attentats et des actions violentes visant à déstabiliser la société. Leurs messages codés échangés sur internet, comme «The Day of the Rope», («Le jour de la corde»), font référence à un ouvrage fameux dans ces milieux: The Turner Diaries (Les Carnets de Turner). Ce récit de fiction paru dans les années 1970 décrit une révolution violente menée aux États-Unis par des insurgés blancs contre un gouvernement dominé par les Juifs, au cours de laquelle ils se livrent à une épuration ethnique en règle. L’ouvrage, populaire dans les milieux suprémacistes, avait inspiré Timothy McVeigh, l’auteur de l’attentat d’Oklahoma City en 1995.

S’il reste difficile de mesurer le pouvoir de nuisance de ces groupes, dont l’effet médiatique dépasse souvent leur influence réelle, la diffusion de leurs idées a pris une ampleur nouvelle avec l’épidémie. Dans une Amérique plus divisée que jamais, plongée dans une crise sanitaire et économique d’ampleur inédite, et de surcroît engagée dans une campagne électorale incroyablement polarisée, la propagation d’idéologies violentes sur les réseaux sociaux est un phénomène aux conséquences potentielles inconnues.

Le FBI, qui prend très au sérieux le danger d’attentats commis par des individus appartenant à ces mouvances, a déjà eu affaire à plusieurs cas. Le 25 mars dernier, un activiste d’extrême droite qui préparait un attentat dans un hôpital du Missouri a été tué dans une fusillade avec des agents venus l’appréhender. Le 5 mai, dans le Colorado, un manifestant antiquarantaine notoire a été arrêté après qu’on a retrouvé chez lui plusieurs bombes artisanales.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.