Tribune
|
Publié le 16 Novembre 2015

Des visages sur nos morts

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. 

Par Marc Knobel, Historien. Directeur des Etudes du CRIF, publié sur le Blog du CRIF le 14 novembre 2015 
 
Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir. 
 
C’est une enfant, elle devait avoir une douzaine d’années. On voit son visage, un petit sourire malicieux et l’on a ajouté à sa photographie, la Tour Eiffel.
 
Mais, sur Twitter, il est écrit :
 
« RIP à Delphine tuée par ces barbares, elle avait la vie devant elle… désolant »
 
--- Lu sur Twitter, aussi avec cette photographie d’un homme en plein hiver, il a froid : 
 
"Essimbi Jean, Camerounais, résident #Paris 10ème, assassiné par les terroristes. #RIP frère. #ParisAttacks"
 
La mort et l'horreur n'ont décidemment pas de couleur...
 
--- Lu sur Twitter encore: 
 
"Merci pour les RT. Malheureusement Elodie est décédée. Toutes mes condoléances à sa famille.   ..." 
 
Les victimes ont un visage, voyez-vous.
 
Une vingtaine d’années, elle était belle, élancée, gracieuse et souriante et elle ne demandait qu'à vivre...
 
--- Et puis, il y a ce jeune couple. Elle l’embrasse, il sourit. La trentaine, tout au plus. Ils croquent la vie. Mais voilà….
 
Lu sur Twitter :
 
"La recherche est terminée. Je n'ai plus de mots, que des larmes. Marie et Mathias nous ont quitté tous les deux."...
 
Mes amies, mes amis,
 
Qu’elles soient de Bardo-Sousse, de Bombay, de Moscou, de Tel-Aviv, de Madrid, de New-York, du Kenya, de Beyrouth, ou de partout ailleurs, les victimes du terrorisme ont toujours un visage. Celui de notre humanité... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.