Blog du Crif - Miss Provence, ciblée par l’antisémitisme sur les réseaux sociaux

21 Décembre 2020 | 237 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Pages

Actualité

Pages

Antisémitisme

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

Pages

Israël

Par Chloé Blum

Par Chloé Blum

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, dissimulé au milieu des pierres millénaires, se cache un trésor tout israélien : une exposition en réalité augmentée pour retourner dans le passé et découvrir le second Temple comme on ne l'a jamais vu. Ajustez vos masques, embarquement immédiat !

Il y a 70 ans, le 29 novembre 1947, était voté par l’ONU à New York, le plan de partage de la Palestine mandataire. Cette résolution numéro 181 prévoyait la création de trois entités : un État juif, un État arabe et Jérusalem placé sous contrôle international.

Alors que le Fatah et le Hamas tentent une énième poignée de main historique, la diplomatie israélienne y répond par un silence qui mérite une attention particulière.

 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Opinion

À l’heure de la réconciliation Jérusalem-Ankara, retour sur l’histoire des Juifs de Turquie.

Pages

Par Marc Knobel

 

Ce devait être une soirée distrayante, avec les paillettes habituelles, le frou-frou que produit le froissement des étoffes et des tissus, les ballets millimétrés, la grâce sublime, la beauté et la féminité. Toutes les candidates de l’édition 2021 de Miss France se succédaient à l’écran pour se présenter. Lorsque ce fut le tour de Miss Provence, April Benayoum - d’une beauté fatale et saisissante - se mit à dévoiler qu’elle était née d'une mère serbo-croate et d'un père italien et... israélien. Il n’en fallut pas plus pour qu’à l’instant même se déchaînent les légions d’imbéciles et de petits frustrés antisémites, avec les fautes d’orthographe (dans les tweets) :

« "Mon père est israélien." Allez ça dégage » ; « Miss Provence juif, je la veux plus » ; « Miss Provence mais pas Lorraine ? Israël finance TF1. Réveillez-vous !!! » ; (sur fond de photographie d’Adolf Hitler) : « Moi, quand j’ai entendu les origines de Miss Provence ! » ; « Dîtes à Miss Provence que l’Israël n’existe pas, c’est la Palestine ! » ; « Miss Provence, elle est israélienne ?????? Mdr, dégage » ; « Miss Provence, elle est israélienne donc celui qui vote pour elle, sa mère c’est une pute, by » ; « Tonton Hitler ta oublier d’exterminer miss Provence »…

Une haine que l’on peut quantifier. En effet, selon les données observées par Visibrain (plateforme de veille médiatique), on constate que le nombre de tweets faisant référence à Israël a littéralement explosé dans la soirée, (près de 40 000 tweets avec cette mention) (1). 

Au final, cela pourrait paraître anecdotique et totalement futile. Pour autant, ces tweets révèlent quelques pathologies, que nous voudrions très rapidement énoncer et décrire :

1. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui les défouloirs par excellence. La haine y joue un rôle majeur et les Juifs y apparaissent comme une cible privilégiée (2). Depuis Internet, l’univers sombre et restreint des porteurs de haine trouve (avec les réseaux sociaux) une opportunité unique de répandre aussi largement que possible leur idéologie mortifère grâce à Internet, justement.

2. Cette haine confine au délire, lorsqu’il est question d’Israël, de près ou de loin. Sur le Net, la haine d’Israël recouvre de multiples visages, fantasmes et expressions diverses. Elle peut être difficile à interpréter, elle évolue, fluctue, sous des formes diverses. Elle change d’objet, de visage, en fonction de multiples conditions, d’innombrables situations. Elle est même d’une vertigineuse et confondante banalité, tant elle se diffuse.

3. Dans le monde virtuel, les internautes sont débridés. C’est ainsi que sur Twitter, insulter n’est pas un problème, se moquer, non plus. Cela va jusqu’à l’appel au meurtre.

4. Le mimétisme est la règle. Lorsque des messages violents, injurieux, diffamatoires sont déposés, d’autres ensuite et en plus grand nombre encore. Il y a un effet entraînant, celui de la violence, sans modération aucune.

5. La rapidité à laquelle ces messages sont postés est un atout. L’entraînement, la violence, la haine se répandent sur les réseaux sociaux à « vitesse grand V ». C’est le temps de l’immédiateté. S’effectue par la suite, l’archivage des données.

6. Dans les faits, la haine antisémite/antisioniste se déverse impunément sur le Net, sans modération aucune (ou presque).

7. Cependant, il serait erroné de penser que la banalisation de l’expression raciste/antisémite sur Internet est seulement le produit d’une poignée d’internautes égarés par la haine. Elle résulte aussi de l’absence de mobilisation de ses principaux acteurs, les fournisseurs d’hébergement, les fournisseurs d’accès, les moteurs de recherche, puisqu’ils ont revendiqué pendant des années une neutralité de simple intermédiaire pour déserter le terrain de la mobilisation citoyenne et de l’éthique.

8. L’un des principaux facteurs de cette pathologie collective n’est autre que l’anonymat des commentaires. Cette anonymisation prospère sur le terreau de la liberté d’expression (totale), qui se confond dès lors dangereusement avec la liberté de dissimulation et de falsification.

 

Notes :

1. Romain Herreros, « Miss Provence cible d'injures antisémites, indignation dans la classe politique », Huffpost, 20 décembre 2020.

2. Depuis 2019, l’Observatoire de l’antisémitisme en ligne du CRIF en collaboration avec IPSOS, collecte du contenu antisémite sur le Net, grâce à une liste de mots-clefs, sur plus de 600 millions de sources. Parmi les catégories étudiées figurent « la haine des Juifs via la haine d’Israël. » Font notamment l’objet d’une attention particulière, les points suivants : la diffamation et les critiques envers Israël parce que c’est un état Juif ; l’utilisation de symboles et images associés à l’antisémitisme classique pour caractériser Israël ou le sionisme ; les allégations disant que l’Etat d'Israël est comparable au nazisme ; les comparaisons entre la politique actuelle d'Israël avec celle les nazis. Quelles en sont les conclusions ? 51 816 contenus antisémites ont été comptabilisés en 2019 (63% sur Twitter et 17% sur Facebook), avec une forte progression de la haine à l’égard d’Israël, sur la première moitié de l’année 2019, 79%. Pour l’année, cette catégorie constitue 39 % des propos antisémites sur le Net.