Blog du Crif - Quelques classiques à lire au frais, les volets fermés

26 Juin 2020 | 175 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Pages

Les vacances approchent, les températures élevées ont pointé leur bout de leur nez... Et si on relisait nos classiques au frais, les volets fermés ? Rien de tel pour s’évader le temps d’un été…

 

1 - Illusions perdues de Balzac

Si la taille du livre pourrait en décourager certains, le récit est bien au contraire entraînant. Entre désir de s’échapper vers un milieu social différent et soif de réussite, certaines situations sont pourtant vouées à l’échec, faisant ainsi perdre toutes illusions espérées. Emprunt d’une grande modernité, cet ouvrage du 19ème siècle est ô combien au goût du jour. 

 

2- L’Oeuvre de Zola

Quatorzième volume de la série Les Rougon-Macquart, l’ouvrage nous entraîne dans le monde de l’art et des artistes, à travers le portrait d’un peintre maudit, Claude Lantier, dont le personnage évoque Paul Cézanne, grand ami de Zola.

Plongée dans le monde impitoyable des artistes et de l’art à travers cet ouvrage qui se contemple à la manière d’un tableau. 

 

3 - L’homme qui rit de Victor Hugo  

Si certains ont adoré le film et le personnage du Joker, il est alors indispensable de se plonger dans une lecture qui a inspiré ce personnage cinématographique. Parce que les versions originales n’ont pas de prix, l’homme qui rit de Victor Hugo fascine et intrigue, sans doute également parce qu’il est le dernier roman écrit par Victor Hugo en exil. 

 

4 - Le Premier Homme d’Albert Camus

Retrouvé dans la poche de l’auteur au moment d’un accident de la route qui a causé sa mort, le manuscrit de ce roman est une épreuve originelle d'une très grande qualité, permettant au lecteur de savourer pleinement l'écriture d'Albert Camus.

Ce roman autobiographique inachevé, publié par sa fille en 1994, est une plongée au coeur d’une Algérie fantasmée où se mêlent souvenirs d’enfances et projection ainsi que construction d’un passé vécu enfant et écrit à travers un regard adulte. Dans ce roman, l’auteur y évoque la vie dure, l'école libératrice, la passion de vivre, et dessine une Algérie tendue d'où sont en train de s'effacer les rêves de paix.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.