#BlogDuCrif #Théâtre - Menahem Mendl, le rêveur : le texte de Sholem Aleichem à redécouvrir au Théâtre de la Huchette

02 Février 2018 | 220 vue(s)
Catégorie(s) :
France

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

En ce moment au Théâtre de la Huchette, niché dans la rue piétonne du même nom, à Paris, il ne se joue pas que La Leçon et La Cantatrice Chauve, deux pièces de Ionesco jouées depuis près de 60 ans sur ces mêmes planches. Les spectateurs ont également le plaisir de redécouvrir l’œuvre de Sholem Aleichem, auteur yiddish de la fin du 19ème siècle.

Menahem Mendl est en vadrouille. Parti depuis plusieurs mois du domicile familial, où il a laissé femme et enfants, il est en quête de fortune, et surtout d’aventures. A chaque nouvelle découverte professionnelle, rencontre ou lieu de vie, il écrit à son épouse, Scheiné Scheindl. Le texte est ainsi composé de l’échange épistolaire entre les deux personnages, qui s’illustrent comme deux complices amoureux d’une histoire de jeunesse.

Pourtant, la jeunesse est passée et Scheiné Scheindl s’impatiente du retour de son mari. L’amour et l’amitié sincères qui entretiennent le couple ne semblent plus être suffisants pour l’épouse.

Toute l’autodérision et la subtilité des très bons textes yiddish sont au rendez-vous. Le public se délecte des phrases pleines d’ironie et de bon sens de Scheiné Scheindl et des considérations embrouillées et pleines de naïveté de Menahem Mendl.

Notre juif errant – car c’est bien ce qu’il est – visite chaque coin de la scène, investi l’espace et fait l’effet d’un grand coup de vent qui balaie les idées trop terre à terre.

Hélène Cohen, qui a adapté le texte et l'a mis en scène, a choisi d’utiliser l’espace théâtral dans son ensemble, laissant les acteurs sortir du champ même de la scène pour investir celui du public.

« A ma chère, vertueuse et sage épouse »… Les mots de Pauline Vaubaillon, très juste interprète de Scheiné Scheindl, la patiente épouse de Menham Mendl, rythment la pièce et marquent à chaque fois le début d’un nouveau récit de vie de notre héros.

Les lettres de Menahem Mendl s’enchaînent et ne se ressemblent pas, laissant à Florent Favier la tâche délicate de rendre compte des subtilités qui composent le personnage. Mission accomplie pour le comédien.

L’intensité du texte et des récits de Menahem Mendl vont crecsendo et le spectateur n’a aucun mal à se laisser porter par les pérégrinations du héros qui livre un véritable récit d’aventurier, un récit de rêveur.

Auteur : Sholem Aleichem 
Acteurs : Pauline Vaubaillon, Florent Favier
Metteur en scène : Hélène Cohen

Tous les lundis, à 20h, au Théâtre de la Huchette du 22 janvier au 19 février, et le lundi 26 février à 19h

Informations et réservations : ICI

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.