Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Maroc, le royaume des peintres, de Maurice Arama

10 Octobre 2018 | 124 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Pages

Maroc, le royaume des peintres, de Maurice Arama*

Voici un très beau livre, un ouvrage superbe, un livre d’art. Natif de Meknès, historien d’art, ancien directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, peintre réputé, Maurice Arama a choisi de nous présenter le Maroc à travers les peintres qui y ont vécu ou séjourné pendant quelque temps. Des peintres venus de tous les horizons pour fixer sur leurs palettes les couleurs chatoyantes et les visages uniques de ce pays qui demeure, dans la mémoire de l’auteur, comme un Eldorado perdu.

Après une introduction très enrichissante, on en vient à l’essentiel de l’ouvrage : un véritable dictionnaire des « peintres du Maroc ». Une encyclopédie de plus de cinq cents noms, le tout agréablement illustré de magnifiques reproductions d’œuvres choisies.

L’ordre alphabétique a été choisi nous permettant d’aller de Carlos Abascal (1878-1948), peintre espagnol à Carl Wuttke (1849-1927), paysagiste allemand.

On découvre avec étonnement que nombre de célébrités ont vécu au Maroc où elles ont exercé leurs talents artistiques : Le britannique Francis Bacon, le germano-polonais Balthasar Klossowski dit Balthus, Salvador Dali, le grand d’Espagne, le franco-russe Nicolas de Staël, le néerlandais Kees, Cornelius Theodorus Marie dit Van Dongen, l’italo-tunisien Moses Levy et même l’homme d’Etat Winston Leonard Spencer Churchill, peintre à ses heures perdues. Parmi les Français, on remarque Alfred Dehodencq, auteur du fameux tableau « L’exécution de Sol Hatchuel », Eugène Delacroix, Raoul Dufy, Jean-Louis Gérôme, André Hambourg, Henri Matisse ou encore Louis Toffoli. Sans oublier le Français Georges Washington qui dut son nom à l’amour de son père pour le grand Américain.

Le judaïsme est omniprésent dans les œuvres présentées, les personnages juifs ayant été croqués avec délectation par les peintres du Maroc entre le 19ème et le 20ème siècles.

En témoignent les belles reproductions d’Eugène Delacroix : « Noce juive dans la Maroc » (1839), et « Musiciens juifs de Mogador » (1847), de Jean-Jules-Antoine , Lecomte de Nouÿ : « Le samedi dans le quartier juif de Tanger » (1855) et « La lecture de la Bible au Maroc » (1882), de Charles-Emile Vernet-Leconte : « Femme juive de Tanger » (1868), d’Auguste Delacroix : « Juive en costume traditionnel » (1834), de Raymond Crétot-Duval : « La porte du Mellah de Salé », d’Yves Brayer : « En famille au Mellah de Meknès » (1930), de Louis Brindeau de Jarny : « Le Mellah, Tagadvit n’bour », de Jean-Léon Gérôme : « Portrait d’un Juif marocain », d’Auguste-Alexandre Hirsch : « Tétouan, Juive à la fontaine » (1871), de Gustave de Jonghe : « Femme juive à Tanger veillant sur son enfant endormi », de Francisco Lameyer y Berlinguer : « Le mariage juif à Tanger » (1875), de Charles-Zacharie Landelle : « Juive de Tanger » (1874), de John Frederick Lewis : « Juive à Tanger » (1832-1833), d’Alexandre Lunois : « La mariée juive marocaine » et d’Henri Pontoy : « Le Mellah de Fès ».

Magnifique. Un enchantement !

Jean-Pierre Allali

(*) Editions Non Lieu. 2017. 374 pages  - Grand format. 49 €.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.