Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Janvier 2015 / 16 Décembre 2020 : Justice a été rendue

18 Décembre 2020 | 60 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

Pages

Actualité

Pages

Antisémitisme
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

La 77ème cérémonie du Yizkor organisée par le FARBAND - Union des Sociétés Juives de France s'est déroulée dimanche 2 octobre 2022, à 11h30 au cimetière de Bagneux. 

Pages

Opinion

Pages

Janvier 2015 / 16 Décembre 2020

Cette fin de semaine a été marquée par l’annonce du verdict dans le procès des attentats de janvier 2015.

Les attentats islamistes et antisémites de Charlie Hebdo, de la porte de Montrouge et de l'Hyper Casher. Un long procès qui nous a fait revivre ces heures cauchemardesques durant lesquelles la France, Paris, nos valeurs, nos libertés avaient été attaquées et meurtries.

Ces longs jours d’horreur pour lesquels les victimes, leurs familles et tous les citoyens attendaient que soit rendue Justice, que soient nommées les choses et l’idéologie qui avait frappé. 

Après de longues semaines, souvent interrompues, est venu le temps des plaidoiries. Chaque avocat avait sur lui non seulement la lourde tâche de trouver les mots justes pour défendre ses clients mais il avait aussi le poids de l’Histoire.

Chacun d’eux devenant la voix des Français traumatisés à tout jamais et qui pour nombre d’entre eux porteraient toute leur vie les cicatrices de ces jours sombres.

Des monstruosités qui n’ont cessé de se répéter par les attentats récents et les crimes islamistes perpétrés depuis.

Au tribunal de Paris, étaient jugés non seulement les coupables ou complices de janvier 2015 mais aussi les fantômes et souvenirs de la longue liste de ceux qui avaient frappé avant, qui ont frappé depuis et qui malheureusement risquent de frapper demain.

Ce procès avait la lourde tache de dire au nom du peuple français :

Non au terrorisme islamiste !

Oui à la liberté d’expression !

Oui nos valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité !

Non au racisme.

Non à l’antisémitisme qui ronge encore notre société.

Mardi 16 décembre 2020 restera un jour qui je l’espère fera partie de notre mémoire collective.

Une date qu’il faudra inscrire dans les programmes de nos écoles.

Une date et des plaidoiries qui devraient être étudiées, analysées et enseignées. 

Une date, qui en mémoire des victimes, fera espérer un avenir meilleur. Les avocats, par leurs mots, par la force qu’ils ont mis à les dire, ont été des témoins de l’Histoire, des médecins de l’Ame de notre société qui souffre. 

Qu’ils en soient chacun remercier au nom du peuple français, des Femmes et des Hommes libres, de nos valeurs républicaines et aussi au nom des Juifs du monde si souvent pris pour cibles. 

Merci à Maître Klugman, Maître Korchia, Maître Malka, Maître Siksik, Maître Melki, Maître Maktouf et à toutes celles et tous ceux qui ont permis de rendre justice et nous autorisent à croire en un avenir meilleur.

La Liberté se gagne et se mérite. 

Restons vigilants, unis, combattifs et forts 

 

Gil Taïeb