Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Hors Normes

18 Octobre 2019 | 143 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

Pages

Jeudi soir, j’ai eu le bonheur d’assister à une avant-première du dernier film d’Olivier Nakache et Éric Toledano : Hors Normes, au profit de l’appel national pour la Tsedaka.

Ce film nous emmène au cœur de la problématique de l’autisme et des difficultés que vivent les familles trop souvent seules et incomprises.

Olivier Nakache et Éric Toledano nous montrent surtout le travail effectué par des hommes et des femmes qui ont décidé que les murs pouvaient être brisés et franchis. Des êtres qui ne reculent pas devant les obstacles et l’incompréhension d’un monde qui a trop souvent tendance à tourner la tête, ou pire encore, à enfermer ceux qui le dérangent et qu’il ne comprend pas.

Les deux auteurs se sont immergés pendant deux ans au cœur même de deux associations qui depuis de nombreuses années, en dehors des normes, ont pris sur elles de s’occuper de ceux de ces jeunes, différents des autres, enfermés dans un monde du silence et parfois violent malgré eux.

L’interprétation de chaque personnage est d’une vérité criante qui nous transporte et réveille nos âmes. Pas un détail ne nous est épargné. Nous passons du sourire aux larmes sans nous rendre compte tout en refusant de tomber dans le pathos et le drame.

Vincent Cassel et Reda Kateb ne jouent pas, ils Sont ces responsables, qui, main dans la main, cœur à cœur, agissent fraternellement.

Ils sont ce juif et ce musulman, pratiquants qui ont décidé ensemble de se consacrer à ces enfants Hors Normes.

Ils sont Stéphane et Daoud, ces êtres exceptionnels qui, dans la vraie vie, œuvrent ensemble pour faire tomber les murs :
Celui du silence
Celui de l’isolement
Celui d’une administration trop souvent formatée, rigide et normée
Celui du racisme et de la haine.

À travers ce film Toledano et Nakache, Cassel et Kateb, mettent en lumière à la fois les drames mais aussi l’Humanité dans ce qu’elle a de plus beau.

Un film à ne pas manquer, pour une cause que nous devons faire nôtre et soutenir.

Une leçon de vie et un cri d’espoir poussé par ceux qui ne parlent pas mais qui nous font comprendre que face aux mauvais penchants que certains cherchent à réveiller aujourd’hui, que face aux extrémistes diffuseurs de haine, il y a des hommes et des femmes, barbus ou pas, portant Kippa ou foulard, chrétiens, musulmans ou juifs, venant de Paris ou de Banlieue, croyants ou non croyants, qui sont capables d’aimer.

Courez voir ce film, vous en ressortirez bouleversés mais plein d’énergie et heureux avec le désir, j’en suis sûr, d’agir et de soutenir le merveilleux projet destiné au Silence des Justes soutenu par la campagne de l’appel national de la Tsedaka

Gil Taïeb