#BlogDuCrif #Theatre - Je suis Dreyfus dans l’Affaire : la pièce engagée du Théâtre du Guichet Montparnasse

14 Février 2018 | 233 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Depuis quelques semaines, le Théâtre du Guichet Montparnasse propose une pièce engagée sur l’une des erreurs judiciaires les plus importantes de notre Histoire : l’Affaire Dreyfus.

Loin des pièces chronologiques sur le sujet, qui se bornent aux détails historiques de l’Affaire, la pièce de Nathalie Ganem offre un angle inédit. En effet, la metteur en scène prend le parti de parler de Dreyfus, dans l’Affaire. Pas uniquement des méandres de la justice de l’époque et de l’emballement médiatique provoqué par l’Affaire, mais bien de l’histoire d’un homme, Alfred Dreyfus.

Le 15 octobre 1894, Alfred Dreyfus, officier de l’Etat-major français, est arrêté et accusé de trahison au profit de l’Allemagne. Commence alors pour Alfred Dreyfus et Lucie, son épouse, un combat sans faille et sans limite pour la justice, l’honneur et la liberté.

Nathalie Ganem expose sans fausse pudeur les élans tantôt chargés d’espoir, tantôt teintés d’une détresse que chaque amoureux pourra comprendre, la relation de deux personnages embarqués malgré eux dans la plus grande Affaire de cette fin de siècle.

Alors en exil sur l’Île du Diable, Alfred Dreyfus entretient une correspondance avec son épouse. Lucie Dreyfus, interprétée sur scène par Sarah Denys qui parvient à témoigner de toute la foi qu’une femme peut avoir en son mari, montre une détermination sans limite pour rétablir l’honneur de son époux.

Alfred Dreyfus survit, dans la mélancolie et la peine, sans nouvelle régulière ni des siens ni de l’avancée de l’Affaire. Grâce à un dévouement total dans son pays, que Thierry Simon incarne fièrement à l’occasion de plusieurs incursions sur l’avant-scène, Alfred Dreyfus tient bon et l’Histoire lui donnera raison.

Je suis Dreyfus dans l’Affaire est avant tout une pièce qui parle d’un homme et de son combat pour le rétablissement de la justice. Les échos de la pièce aux récentes affaires judiciaires liées à l’antisémitisme sonnent justes et lui donnent un caractère profondément engagé.

Chacun peut - et doit – se sentir interpellé par cette pièce et les valeurs qu’elle défend. Alfred et Lucie Dreyfus, au-delà de s’être élevés contre l’injustice, se sont élevés contre l’antisémitisme et la xénophobie. Pour cela, nous reconnaissons en eux des héros, qui se sont battus pour la liberté des Hommes.

Le spectacle a reçu le label « Recommandé par la LICRA ». Il est également vivement recommandé par le Crif. La pièce conviendra à tous et paraît particulièrement adaptée aux collégiens afin de compléter leur apprentissage sur le sujet.

 

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros

Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF             

Je suis Dreyfus dans l'Affaire

Théâtre du Guichet Montparnasse, jusqu'au 15 avril 2018, samedi 22h et dimanche 18h

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.