Francis Kalifat

Ancien président

Edito - Match RC Strasbourg-Maccabi Haifa FC : un arrêté préfectoral qui inquiète et qui dérange

25 Juillet 2019 | 48 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

 

Pages

Actualité

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Israël

Une grande passion pour Israël et pour le peuple juif.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Pages

Dans le cadre du match de foot qui doit opposer le RC Strasbourg au Maccabi Haïfa FC, le Préfet de la Région Grand-Est a publié ce matin un arrêté inquiétant et profondément dérangeant. Je me suis entretenu avec le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l'Intérieur, et avec le Directeur de Cabinet du Préfet du Bas-Rhin. Un nouvel arrêté devrait être publié, supprimant notamment l'interdiction des drapeaux nationaux et des signes de soutien aux deux équipes.

Editorial du 25 juillet 2019

Match RC Strasbourg-Maccabi Haifa FC : un arrêté préfectoral qui inquiète et qui dérange...

Les forces de sécurité de la République ont pour mission de garantir les libertés individuelles et collectives, de maintenir l'ordre public et de protéger les personnes et les biens. Ces missions sont parfois difficiles et sont souvent effectuées dans des conditions tendues.

Dans le cadre du match de foot qui doit opposer le RC Strasbourg au Maccabi Haïfa FC, le Préfet de la Région Grand-Est, reconnaissant que "certains supporters sont politisés ou identifiés comme à l'origine de manifestations d'antisémitisme", et précisant que les supporters du Maccabi Haïfa FC sont limités à 600 parmi les 27000 spectateurs attendus, a, dans un premier temps, publié ce matin un arrêté pour assurer l'ordre public :

  • "Interdit à toute personnes se prévalant de la qualité de supporter du Maccabi Haïfa, ou se comportant comme tel, de circuler ou de stationner sur la voie publique sur les voies et périmètres (définis ensuite)
  • Les supporters du Maccabi Haïfa FC se rendant au stade de la Meinau doivent se présenter au guichet "visiteurs" … sans signe ostentatoire.
  • Est interdit la possession et le transport de tout drapeau national ainsi que de banderole n'ayant pas de lien avec la compétition sportive."

Aucun mot dans cet arrêté des appels à boycotter le match publiés sur tous les sites soutenant le mouvement BDS et la dé-légitimation d'Israël, aucun mot concernant l'interdiction de stade de ces "supporters politisés ou identifiés comme à l'origine de manifestations d'antisémitisme" (on peut supposer que ce ne sont pas les supporters du Maccabi Haïfa FC).

Cet arrêté préfectoral donne le sentiment qu’au lieu de protéger l’ensemble des spectateurs et supporters, le préfet du bas Rhin cède de fait aux intimidations de groupuscules appelant à la violence et fait le choix de rendre invisibles les éventuelles victimes d’agressions antisémites ou anti israéliennes. Les activistes et les sites pro-BDS s'en réjouissent d'ailleurs.

J'ai exprimé au Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l'Intérieur et au Directeur de Cabinet du Préfet du Bas-Rhin ma totale incompréhension de cette décision. Je leur ai fait part de la colère et de l'inquiétude grandissante des Français juifs quant à la lutte effective contre les mouvements qui relaient avec obstination et obsession la haine et la dé-légitimation d’Israël, appellent au boycott et dont on connait la responsabilité dans la montée de l'antisémitisme dans notre pays.

Le Directeur de Cabinet du Préfet m'a informé qu'un nouvel arrêté serait publié dans l'après-midi, supprimant notamment l'interdiction des drapeaux nationaux et des signes de soutien aux deux équipes.

Francis Kalifat, Président du Crif