Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

LECTURES. L'ULTIME AUBERGE

30 Mai 2016 | 2 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pourquoi dans cette affaire, est-ce Bensoussan qui seul est poursuivi en justice et non pas simultanément Smaïn Laacher ?

Pages

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

 

L'ULTIME AUBERGE

par Imre Kertész (*)

 

Prix Nobel de Littérature en 2002, Imre Kertész est né en 1929 à Budapest au sein dune famille juive. Il a quinze ans quand il est déporté à Auschwitz avant d'être transféré à Buchenwald puis au camp de travail de Zeitz. Cette expérience concentrationnaire sera au centre de son œuvre littéraire dont « Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas » ( Actes Sud, 1995) ou « Être sans destin » (Actes Sud, 1998).

Atteint de la maladie de Parkinson, Imre Kertész est mort le 31 mars 2016 dans sa ville natale où il était revenu après avoir longtemps vécu à Berlin.

« L'ultime auberge » n'est pas vraiment un roman. C'est plutôt un ensemble de textes, de notes et de réflexions avec, en partie centrale une ébauche de ce que l'auteur estimait devoir être le couronnement de son œuvre puis, en fin de volume, une seconde ébauche. Les notes sont rassemblées sous deux intitulés : « Secrets dévoilés » et « Le jardin des trivialités ».

Tout au long de ses réflexions, l'auteur n'a de cesse de pourfendre l'antisémitisme et la haine d'Israël. Même s'il lui arrive de critiquer certains dirigeants israéliens, il est profondément attaché à l'existence de l'État juif. « J'ai toujours été gêné par le mensonge drapé de sensiblerie qui entourait Auschwitz. À présent que l'Europe prend ouvertement position pour la destruction d'Israël, pour l'extermination des Juifs et donc pour Auschwitz, les choses sont en quelque sorte plus claires ». Ou encore : « Je vois que la besogne inachevée d'Hitler sera accomplie avec l'aide des Européens : ils vont exterminer les Juifs, pas de pitié, pas de quartier ». « L'antisémitisme tenu en bride pendant de longues années remonte du bourbier de l'inconscient, comme une éruption de lave et de soufre ». « Je crains que l'atmosphère meurtrière de l'Europe ne finisse par balayer Israël »... »Quand Israël sera détruit, viendra le tour des autres Juifs ». Et d'ailleurs, imaginons que les Juifs et Israël disparaissent, le monde s'en trouverait-il en meilleur état ? « Pourquoi est-il impossible d'exterminer ce peuple ? Et si cela se fait un jour, qu'adviendra-t-il quand on aura constaté avec dépit que se débarrasser des Juifs n'aura apporté aucun soulagement ? ».

Le pessimisme de Kertész transparaît au fil du récit : « La vie est une erreur que même la mort ne répare pas. La vie, la mort : tout est erreur ». « La vie que je mène en ce moment est sinistre et repoussante ».

Dans son analyse, Kertész ne manque pas de fustiger l'extrémisme islamiste avec sa haine des Juifs et son terrorisme forcené. Et il avoue, in fine : « J'admets que mon destin soit lié, et même enchaîné, à celui d'Israël ».

Angoissant et émouvant.

Ce livre a obtenu le prix spécial du jury lors du 9ème Salon du Livre de la Licra le 22 mai 2016.

 

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions Actes Sud. Janvier 2015. 320 pages. 22,80 euros.