Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - À la mémoire des 14 victimes israéliennes du terrorisme islamiste

11 Avril 2022 | 99 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Billet d’Ariel Amar*, pharmacien

 

Pages

Actualité

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Israël

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Le 17 mars dernier, les israéliens ont voté et réélu Benjamin Netanyahou.

Pages

Opinion

Pages

En cette veille de Pessah, je veux avant tout rappeler la mémoire des 14 victimes israéliennes assassinées par le terrorisme islamiste.

Je pense à :

Doris Yahbas, 49 ans, mère de trois enfants

Laura Itshak, 43 ans, mère de trois enfants

Menahem Yehezkel, 67 ans

Moshe Kravitzky, 50 ans père de quatre enfants

Shirel Aboukrat 19 ans

Yazam Fallah

Amir Houri 30 ans

Yacov Chalom

Barak Lofen, père de trois enfants

Tomer Mored 27 ans

Eytan Magini 27 ans

Ils étaient Juifs, Chrétiens ou Druzes, des citoyens Israéliens lâchement assassinés. Tous victimes de la même haine qui, depuis des décennies, fait de chaque citoyen Israélien une cible pour le terrorisme islamiste palestinien.

Ils laissent derrière eux des familles endeuillées auxquelles nous devons penser lors des célébrations de Pâques et de Pessah.

Ces soirées ne seront vraiment pas des soirs comme les autres car il manquera, une mère, un père, un fils, une fille, un frère ou une sœur.

Que le ciel apporte le réconfort à toutes ces familles endeuillées.

 

Le second sujet que je veux aborder est le résultat du premier tour des élections présidentielles qui se sont déroulées ce dimanche 10 avril. Depuis des mois, nous assistions à une surenchère populiste et à une extrémisation des prises de position.

Ce que nous craignions s’est en partie réalisé :

Jamais l’extrême droite et l’extrême gauche n’ont été aussi haut et leurs scores cumulés atteignent près de 55% des votes.

Les Partis républicains se sont effondrés et risquent même de disparaître.

Un sursaut et une prise de conscience ont permis au président Macron d’être en tête mais tout reste encore à faire car le deuxième tour devra mobiliser toutes nos énergies.

Il est indispensable d’entendre le cri lancé par cette grande partie des Français qui ont peur et dont le pouvoir d’achat est rongé.

Battre le Rassemblement national reste et demeure notre priorité pour les semaines à venir car la France qu’elle nous prépare ne sera jamais la France que nous aimons, que nous servons et dont les valeurs se doivent d’être renforcées.Notre mobilisation doit être totale et j’en appelle aussi à celles et ceux qui se sont égarés.

Il est grand temps pour chacun de recouvrer la raison.

Les problèmes et angoisses de chacun se devront d’être traités lors de la prochaine mandature car à défaut ils alimenteront les extrêmes qui n’aspirent qu’au chaos et sont déjà en embuscade.

Le 24 avril soyons pleinement citoyens et faisons entendre la voix forte et ferme de la raison.

Bonne fête à tous

Hag sameah

 

Gil Taïeb

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -