Blog du Crif - Disparition d'Henri Weber : quelques mots pour lui rendre hommage...

28 April 2020 | 417 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Pages

Henri Weber, ancien sénateur et député européen de 2004 à 2014, est décédé à 75 ans, victime du Covid-19. 

Né à Leninabad (aujourd’hui Khodjent au Tadjikistan), il est le fils d’une famille d’horlogers juifs qui ont réussi à quitter la Pologne et à rejoindre l’URSS. Ses parents ayant, à la fin de la guerre, refusé de prendre la nationalité soviétique, ils rejoignent, après un passage par un camp de travail, leur Pologne natale. 

Après le pogrom de Kielce (juillet 1946), ils décident de partir pour la France. Le jeune Henri mène ses études secondaires au Lycée Jacques -Decour, où il adhère aux jeunesses communistes, au grand dam de ses parents. Il est également membre à cette date de l’Hachomer Hatzair, tout comme son frère qui fera son Alyah et vit en kibboutz. 

Henri, grâce à son charisme, devient un des leaders de mai 1968. Adhérent de la Ligue Communiste Révolutionnaire d’Alain Krivine, il devient enseignant en philosophie politique. Comprenant que le trotskisme ne peut pas déboucher politiquement, il se rapproche du Parti Socialiste auquel il adhère durant les années 1980. Il travaille auprès de Laurent Fabius, qu’il conseille et aide par des notes d’analyse politique d’une grande pertinence. D’abord élu a Saint -Denis, il devient ensuite sénateur en Seine-Maritime avant d’être député européen. 

Auteur de nombreux ouvrages, Henri Weber était un homme à la fois drôle, cultivé, capable d’analyses pertinentes et de synthèses fortes. Il a toujours été fier de sa judéité, et a toujours été fidèle à la défense de l’existence de l’Etat d’Israel, même s’il en critiquait souvent la politique. Lui qui comprenait le yiddish et le parlait quelque peu, mérite amplement le qualificatif de Mensch. 

Le Crif présente à son épouse, Fabienne Servan -Schreiber, et à ses enfants, ses plus sincères condoléances.

Mon image

Gérard Unger

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.