Gil Taïeb

Vice Président du CRIF

Blog du Crif - "24 jours" : un film sur ce cri qui nous hante toujours

09 Octobre 2018 | 195 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Pages

Opinion

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Pages

Nous sommes très nombreux à avoir vu, jeudi 4 octobre, sur France 3 le film "24 jours" d’Alexandre Arcady.  

24 jours de calvaire, 24 jours d’horreur de janvier 2006 durant lesquels Ilan Halimi (zal) a été enlevé, séquestré, torturé, brûlé et abandonné agonisant sur le bas côté d’une route. Ilan a subi cela parce qu’il était Juif !

Ce film retrace le cauchemar vécu par Ilan et sa famille. Il montre l’horreur, les complicités et le silence des plus de 500 personnes vivant dans la cité où Ilan a été emmené et torturé. Il montre la Haine antijuive. 

Il nous fait revivre le déni de certains responsables de l’enquête qui refusaient de reconnaître l’évidence et la réalité antisémite de cet enlèvement.

Il montre les failles d’un système qui, dans ce cas, a été incapable d’admettre que sa grille de lecture était fausse. 

Il montre la souffrance d’une famille forcée au silence. 

Il montre l’amour d’une mère qui sentait dans sa chair que l’on faisait souffrir son fils. 

Ce film est non seulement un témoignage indispensable mais il est un Cri que nous avons tous  poussé à l’annonce de ce drame.

Il est le cri encore strident d’une communauté juive qui s’est retrouvée bien seule dans les rues de Paris. 

Ce cri qui aurait dû résonner à tout jamais dans la tête de chaque Français. 

Ce cri qui aurait dû hanter à tout jamais ceux qui ont vu, qui savaient et se sont tus. 

Un cri qui aurait éviter d’autres crimes antisémites !

Ce film aurait du être projeté partout dans nos écoles, dans nos villes et nos  banlieues. Mais le courage politique a manqué !

Ce n’est que quatre ans après sa sortie en salles qu’enfin le service public l’a programmé. 

Ilan Halimi a été tué parce qu’il était juif ! 

Nous ne cesserons de crier même si ce cri dérange !

Au 21ème siècle, 60 ans après la Shoah, en France, des Juifs meurent parce qu’ils sont juifs !

Ce film est bien plus que l’histoire de ce pauvre Ilan (zal), il est le J’Accuse du 21e siècle !

Ilan Halimi est aujourd’hui enterré à Jérusalem et sa maman Ruth, impressionnante de dignité, déclarait lors du transfert du corps que « là-bas il ne risquait pas d’être souillé par l’un de ceux qui l’ont torturé et assassiné ». La majorité des membres du gang des barbares est libre aujourd’hui. Ils ont, selon la formule consacrée, payer leurs dettes à la société. 

Ce qu’a dit Ruth Halimi résonne encore comme un appel venu du ciel. Elle aurait dû réveiller les consciences mais la réalité est toute autre. Des antisémites sont là, ils s’expriment, ils salissent la mémoire de nos morts et peuvent tuer encore. 

Ilan restera à tout jamais le symbole de cette Haine anti juive.

Les juifs ont tout au long de l’Histoire été le témoin de leur temps et le baromètre de l’humanité ou plutôt de l’inhumanité. 

12 ans après ce crime odieux, l’humanité est toujours malade et le mal s’est même amplifié. Derrière le nom d’Ilan, il y a le cortège funèbre de toutes les autres victimes de la haine antisémite qui ont perdu la vie parce qu’ils étaient Juifs.

Aujourd’hui encore, le caractère antisémite si évident est même contesté. Des psychiatres jouent aux apprentis sorciers et cherchent à « analyser » des criminels qui ne cachent jamais leur haine du juif. 

Merci à Alexandre Arcady pour son film.

Nous faisons le serment de ne jamais oublier Ilan ni aucune autre des victimes de cet antisémitisme qui a tué et qui tue encore. 

Crions, crions et restons vigilants face au silence des autres.

Gil Taieb, vice-Président du Crif

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.