Sophie Taïeb

Community manager - bloggueuse

Blog du Crif - Agression des Roms suite à la propagation de fake news : comment ce drame aurait pu être évité

28 Mars 2019 | 144 vue(s)
Catégorie(s) :
France

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Pages

Antisémitisme

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

J'ai recueilli pour la newsletter du Crif les réponses aux questions posées à cet homme qui, pris dans le tourment de l’histoire-celle avec sa grande hache dont parlait Perec- est resté libre jusqu’au bout des ongles

Retour sur le déchaînement de haines antisémites qui s’est produit l’été 2014, en France.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Pages

Israël

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Le 17 mars dernier, les israéliens ont voté et réélu Benjamin Netanyahou.

Pages

Il y a quelques jours, une capture d'écran "whatsapp" circulait sur les réseaux sociaux. Celle-ci faisait état d'une camionnette conduite par des Roms, camionnette qui aurait stationné devant de établissements scolaires, dans le but d'enlèvements d'enfants afin de leur faire intégrer des réseaux de prostitution ou de trafic d'organes.

En guise de représailles, une "expédition punitive" a été menée par une vindicte populaire dans un camp de roms voisin. Dix-neuf personnes ont été placées en garde à vue (dont deux mineurs) suite à des dégradations par incendie, faits de violences volontaires,  et participation avec arme à un attroupement. Parmi elles, trois adultes seront jugés en comparution immédiate, et un mineur présenté aux juges pour enfants.

Comment en est-on arrivé là ?

Tout d'abord, cette fake news a connu une viralité considérable du fait qu'elle ait joué sur les peurs les plus profondes (les enfants sont en danger), tout en s'appuyant sur des légendes urbaines ancrées. En France, 17% de la population croit à au moins une théorie du complot, gageons que le pourcentage de ceux qui croient aux légendes urbaines (clichés, préjugés, histoires "pour se faire peur") est également conséquent. Il est facile de transférer une image sans se poser de questions, surtout si l'on croit ce faisant éviter un terrible drame pour les enfants des alentours.

Les raisons qui sont à l'origine de cette rumeur sont variées, cela peut être parti d'un groupe de gens souhaitant nuire aux habitants du camp de roms, d'un groupe qui a voulu "faire le buzz", ou d'une personne qui a cru entendre une rumeur qu'il/elle a déformée pour la rendre plus "vendeuse", sans penser aux conséquences.

Comment cela aurait-il pu être évité ?

Attention à tout ce que vous partagez ! Rien n'est plus suspect qu'un message qui tourne sur whatsapp, qui plus est truffé de fautes d'orthographe, qui plus est qui se termine par "de source sûre les frere" (sic).

Ce type de fake news émaille les réseaux sociaux régulièrement. Ainsi, il y a quelques mois l'on parlait de tentatives d'enlèvements d'enfants dans un supermarché de région parisienne, cette rumeur provoquant une panique générale sur les réseaux sociaux. Facile à allumer, les fake news ont la dent dure et ne disparaissent qu'après avoir semé des dégâts.

La première règle, donc, c'est de ne pas partager une information non vérifiée. On commence par vérifier la "source" : qui vous a transmis l'information ? De qui l'information a été reçue ? Existe-t-il une source concordante ? Une source officielle ? Un article de presse ? Si la réponse aux trois dernières questions est non, posez-vous quelques questions. Et ne partagez pas sans avoir vos réponses.

Que faire à l'avenir ?

Vérifiez vos informations : leur teneur et la source. Le simple fait de "partager" une fausse information peut vous rendre d'une certaine manière complice des conséquences. Partager une information douteuse peut mener aux conséquences désastreuses telles que la descente d'il y a quelques jours.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.