Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - La situation sanitaire reste critique

25 Janvier 2021 | 89 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Bruno Halioua nous parle avec émotion de Milo Adoner.

Dimanche 12 janvier 2020, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. À l'issue de cette journée, je me suis exprimé devant les participants. Voici les quelques mots prononcés.

 

 

Dans cette éditorial, je m'exprime sur les nombreux actes de haines survenus en France et dans le monde en 2019. Je formule également mes voeux de sécurité et de paix pour cette nouvelle année.

 

Gad Weil est le Président du MJLF (Mouvement juif libéral de France).

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

Pages

Opinion

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

L’actualité reste partout centrée sur la Covid, sur l’évolution et surtout sur la vaccination qui, à ce jour, reste le seul espoir tout en rappelant l’indispensable poursuite des gestes barrières.

Cette véritable bataille que nous livrons au quotidien a mis en lumière nombre de carences voire des erreurs mais les mutations et la vitesse de propagation de cet ennemi invisible mettent tous les scientifiques, les médecins, les politiques devant l’obligation de garder le cap tout en réajustant le tir au fur et à mesure des informations qui nous parviennent.

Nul aujourd’hui, n’a la possibilité de dire qu’il a La Solution. Chaque jour, des centaines de milliers de nouveaux contaminés et des milliers de morts doivent nous obliger tous à plus d’humilité et surtout à plus de solidarité et d’humanité ! 

Le bal des « je sais tout » doit cesser pour laisser place à l’action fût-elle accompagnée de tâtonnements. Confiner ou ne pas confiner, fermer les frontières ou mieux les contrôler, sont autant de questions qui se posent régulièrement et qui ne peuvent avoir d’efficacité que si elles sont posées et étudiées en concertation avec tous les dirigeants car le virus et ses mutations ne connaissent pas de frontières.

Il ne choisit pas non plus la population qu’il contamine.

Nous sommes tous responsables les uns des autres et il ne s’agit pas de donner son avis sur l’opportunité ou le bien-fondé des traitements ou de la vaccination qui sont proposés. En refusant les gestes barrière, en désobéissant aux consignes de confinement ou en refusant le vaccin, lorsque nous aurons la chance de pouvoir le faire, on ne défend pas la liberté mais on devient complice de chaque contamination voire de la mort de ceux que nous n’aurons pas protégés. Ce constat est difficile à admettre mais il est la réalité de ce que nous vivons aujourd’hui. 

Nous aspirons tous à retrouver la liberté mais pour cela il faut nous battre ensemble et non les uns contre les autres.

Permettez-moi de terminer en me désolant des images lamentables des heurts qui ont eu lieu dans certains quartiers ultra-orthodoxes en Israël opposant des centaines d’hommes habillés en religieux, car ils déshonorent ce terme, qui ont attaqué les forces de l’ordre venues sur place afin de faire respecter les consignes de sécurité sanitaire. Ils sont quelques centaines et ne représentent en rien l’immense majorité de ces Israéliens religieux ou pas qui se rendent dans les centres de vaccination et qui montreront je l’espère qu’ensemble nous pouvons battre ou tout au moins freiner ce virus qui nous a fait mettre un genou à terre.

 

Gil Taïeb 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -