Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Serge Hajdenberg nous a quittés

08 Mars 2021 | 93 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Pages

La fin de semaine a été marquée par la terrible nouvelle du départ, vendredi 5 mars 2021, de Serge Hajdenberg, cofondateur de RadioJ et surtout Militant infatigable de la cause Juive depuis près d’un demi-siècle.

À l’annonce de ce dernier combat, que Serge n’a pu remporter malgré toute la force et la volonté qui le caractérisait, les réactions et témoignages sont venus de partout. De celles et ceux qui ont fait un plus ou moins long chemin à ses côtés comme de ceux qui l’ont simplement croisé ou entendu.

Oui ! Tous les militants, les auditeurs de la fréquence Juive, les engagés comme les simples suiveurs ont en eux quelque chose de Serge.

Ses éditos, ses coups de gueule, ses colères, ses rebellions et ses appels permanents au combat ont bercé plusieurs générations.

Que l’on ait été d’accord avec lui ou pas, des échanges avec Serge il restait toujours quelque chose. Pour une seule raison : il aimait sincèrement le peuple juif, Israël, la justice et la liberté.

Depuis vendredi de très nombreux témoignages ont évoqué ce Mench. Mais aujourd’hui, en cette journée internationale des droits des Femmes, permettez-moi de retenir surtout les témoignages émouvant et profond de ses femmes à lui : la sienne d’abord, Suzy, qui a rappelé combien depuis le premier jour, elle était à ses côtés lors de tous les défis qu’il avait à relever. Sa complice de chaque moment.

Celle qui dimanche, lors de la cérémonie d’hommage qui lui était rendu, a parlé de Serge son mari, son amour, le père, le grand-père et l’arrière grand-père qu’il était.

Les femmes étaient nombreuses autour de lui, ses quatre filles merveilleuses qui prenant la parole l’une après l’autre ont parlé avec tendresse de cet Homme qui chaque jour et plusieurs fois par jour, les appelait simplement pour savoir comment elles allaient. Elles ont parlé de ce roc, pilier d’une famille qui malgré les sacrifices que demandaient ses engagements, a toujours été un père attentionné dont elles étaient fiers.

Alors que Serge va rejoindre Israel, qu’il chérissait tant, pour son dernier voyage je veux ici au nom de tous, dire à Ses Femmes qui l’ont aimé et qu’il a tant aimées, combien nous pensons à elles et qu’elles ont bien des raisons d’être fières de celui qu’elles ont eu le bonheur d’avoir comme père.

Gil Taïeb